mardi 25 juillet 2017  |
Recherche
dans
| Actualités | Guide Produits | Portfolios architectes | Archibat la revue  
   
 
Newsletter
Opinions/débats
Diaporamas
Concours
Réglementation
Dossier du mois
Annuaires
Diaporamas
 
Parcours Architectural
Notre dame
Résultat architectural de deux contraintes physiques, la contrainte horizontale imposée par l’étroitesse du terrain et la contrainte verticale définie...
 
Agenda
Paris. du 6 au 10 novembre 2017
BATIMAT – Salon international de la construction
Lieu : Paris – Porte de Versailles
Voir tous les salons
 
Accueil | Opinions/débats | Urbanisme et défis de la transition en Tunisie
Urbanisme et défis de la transition en Tunisie
 
La phase actuelle de l’évolution de la Tunisie connaît un projet de réforme politique, administrative et territoriale qui aura certainement des répercussions notables sur les modes de production urbaine et de gestion locale. Ce constat qui semble se confirmer à la lecture de l’avant projet de constitution, amène à s’interroger sur les limites du système actuel et sur les défis que soulève le projet de réforme.

Limites de la planification urbaine
Nos villes sont elles assez pensées et réfléchies ? Par cette question, nous ne nions pas l’existence de réflexions sur la ville tunisienne, que se soit de la part des chercheurs ou des professionnels de l’urbain, mais nous nous demandons à quel point ces réflexions ont contribué à façonner la forme des villes tunisiennes.

Multiples sont les critiques des documents d’urbanisme. Même si leur rôle de régulation sociale est indéniable, ces plans demeurent peu performants lorsqu’il s’agit de guider l’évolution des villes. Le marché foncier semble être le principal facteur agissant sur la mutation des occupations du sol. Entre régulation de coûts partis et intégration des constructions non réglementaires, les documents d’urbanisme peinent à constituer des cadres de prospective urbaine. La faible articulation avec les mécanismes de planification économique au niveau national et local prive également nos villes des moyens de concrétisation de leurs objectifs de développement. L’émergence des projets urbains comme nouveau mode de production urbaine pose sur un autre plan cette question d’articulation du projet avec la planification, même si les enjeux et les tailles des opérations peuvent être très divers.

Absence de participation
Deuxième interrogation, nos villes sont elles « discutées » ? Y a-t-il une réelle concertation autour des options d’évolution des villes? Les acteurs privés, la société civile et plus généralement les habitants sont très rarement associés à la définition de l’évolution de leur territoire (qui dépasserait la simple possibilité d’opposition au contenu des plans d’aménagement urbain). L’absence de participation aux processus décisionnels locaux expliquerait-elle, même en partie, le faible respect des règlements d’urbanisme ?

Vers une refonte du système d’organisation territoriale
Plusieurs de ces questions et plein d’autres ont été posées par le passé et différentes pistes de réflexion sur les moyens de mieux maîtriser la question du développement urbain ont été avancées. Mais ce qui est différent aujourd’hui est que nous sommes dans une phase cruciale de l’évolution du pays caractérisée par un projet de refonte de son système politique et territorial. Contrairement aux questions liées aux formes d’organisation du pouvoir central qui continue à constituer un objet de polémique et de désaccord entre les forces politiques, la vision pour l’évolution des villes et des territoires semble faire plus de compromis entre les différents partis politiques et une bonne partie des experts du domaine et de la société civile. Ce constat a été établi tout d’abord lors de l’examen des propositions relatives aux villes dans les programmes électoraux des partis politiques engagés dans la course vers l’Assemblée Constituante. Le chapitre de l’avant projet de constitution consacré à l’ « autorité locale » (le terme lui-même est très révélateur de l’orientation !) confirme bien cette tendance.

Ainsi, la Tunisie s’apprêterait aujourd’hui à s’engager vers un système décentralisé où les collectivités locales (communes, mais aussi régions et districts) disposeraient de prérogatives plus larges et, nous l’espérons, des moyens à même de leur permettre d’exercer ces attributions. Dans un tel système, la gouvernance urbaine démocratique et la participation citoyenne dans les processus de planification et de gestion locale doivent être au cœur des préoccupations. La question urbaine doit être ainsi revue en profondeur. La planification urbaine ne se pose pas dans les mêmes termes quand la commune se réduit à une structure mineure (comme c’est le cas aujourd’hui) ou quand elle dispose de son autonomie financière et d’un arsenal de prérogatives à même de lui permettre de mieux maîtriser son devenir.
Sur un autre plan, le principe de participation citoyenne aux processus décisionnels locaux, s’il est retenu, offrira de nouveaux cadres de fabrication et de gestion urbaine.

Le partenariat public-privé doit devenir une alternative sérieuse pour mener les projets urbains et pour réussir la mise en place de services urbains efficients. Cette option nécessite à la fois des mécanismes de financement appropriés (notamment pour les zones de l’intérieur du pays) et des capacités de gestion améliorées au niveau des collectivités locales. Cette question des compétences à l’échelle locale appelle aussi à réviser la manière avec laquelle se fait la maîtrise d’ouvrage urbaine qui est appelée à prendre des formes plus spécifiques garantissant des conditions de proximité plus favorables à la réussite des projets. Plus globalement, une nouvelle architecture des acteurs impliqués dans la planification urbaine, le montage des projets et la gestion des services urbains doit être mise en œuvre pour accompagner le renouveau de nos villes.
Ce même renouveau est appelé à respecter deux dimensions fondamentales liées au développement durable : celui de l’équité dans la mesure où le droit à la ville doit être garanti pour tous les habitants et celui de l’environnement en faisant en sorte que nos villes parviennent à maîtriser l’effet de leur fonctionnement sur l’environnement. Ces deux objectifs nécessitent un rôle plus affirmé des collectivités locales.

Quel urbanisme pour la période de transition ?
Entre la situation actuelle des villes et la vision qui semble prendre forme pour leur devenir, un long chemin reste à parcourir. Ce chemin est d’autant plus difficile qu’en plus des lacunes structurelles des modes actuels d’administration des villes et des territoires, des difficultés additionnelles ont fait surface ou pris plus d’ampleur après la révolution, dont notamment les problèmes qui ont accompagné les nominations des délégations spéciales en charge des affaires municipales, la prolifération des occupations non réglementaires (constructions, mais aussi commerce et activités…) et les difficultés d’assurer les services de propreté.

Comme cette période de transition risque de se prolonger encore quelques années avant que toutes les réformes relatives à la décentralisation ne soient concrétisées, des modes particuliers de planification et de gestion territoriale méritent d’être mis en œuvre. Ces modes de transition sont appelés à donner les moyens de répondre d’une manière efficiente aux problèmes quotidiens rencontrés par nos villes tout en introduisant, progressivement, les principes qui vont baliser la réforme. Même si un tel équilibre reste très délicat à assurer, la situation difficile de nos villes aujourd’hui appelle à mobiliser tous les efforts pour réussir cette transition.

Auteur : Sami Yassine Turki (Urbaniste – Universitaire, Vice présidant de l’ATU )

Article paru dans Archibat n° 27

Réagissez à cet article


 
 
DANS LA MEME RUBRIQUE
Opinion libre : L’innovation dans le bâtiment
Un moteur socioéconomique et pédagogique
« Architectes en colère »
Le Collectif Bledna
Alerte, ils sont de retour !
Les grands projets
 
 
Dossier du mois
Revêtements de façade
Chaque façade confère au bâtiment une identité spécifique par l’emploi de divers revêtements en perp ...
Archibat la revue
Présentation
Vente & Abonnement
Revue de presse
 
Partenaires
Accueil | Flux RSS | Publicité | Référencez-vous sur Archibat | Newsletter | Contactez-nous | Plan du site
© 2008 Architecture, Bâtiment, Communication | création site web Positif Tunisie - Tous droits réservés
hacklink faydaları wordpress indir sexs shop hacklink elektronik sigara