fbpx
LOADING

Type to search

Projet CinéRif un Concours inédit pour la CONCEPTION D’UNE UNITÉ DE PROJECTION CINÉMATOGRAPHIQUE MOBILE

Share

En partenariat avec l’École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme, l’association Al-Badil et le Centre des Arts Dramatiques et Scéniques de Sidi Bouzid, l’association Art A Maknassi a organisé un concours d’idées pour la conception d’une unité mobile de projection cinématographique destinée à être utilisée lors des événements et activités organisés par l’association, au profit des jeunes amateurs de cinéma des villages de la région de Maknassi.

Lors des deux éditions passées de CinéRif (lancé en 2017), les jeunes engagés de l’association Art A Meknassi investissaient pendant les jours du festival cinématographique, placettes, cafés populaires des villages et salles de classes des écoles primaires, en organisant des projections et des ateliers visant un public d’enfants et de jeunes. Pour l’édition 2020, l’association aspire à développer le projet en l’ouvrant aux formations et aux tables rondes en l’étendant sur toute l’année.

Le concours s’inscrit dans cet esprit d’ouverture du projet CinéRif. Il a été lancé en janvier au sein de l’ENAU. Sur l’ensemble des propositions recueillies, cinq projets ont été retenus dans une première étape. A l’issue d’un workshop de 2 jours qui a eu lieu en février dans les locaux d’Al Badil, le classement a été établi par un jury composé de Mouadh Gammoudi et Slim Barbouche (étudiants-architectes membres de l’association Art A Maknassi), Karim Ben Amor (architecte et designer), Layla Riahi et Cyrine Bouajila (architectes enseignantes ENAU), Fouad Gammoudi (architecte), Afef Omri et Hassene Jeljeli (architectes membres du collectif Sans adresse) et Chedy Araiby (entrepreneur).

Description de l’objet du concours

Facilement démontable, transportable (avec les moyens communs : petit camion, tuctuc, remorque…) et reproductible, l’unité accueille 30 personnes en mode couvert et 50 en mode découvert avec gradins démontables aussi. Son enveloppe opaque permet un minimum d’aération et ses matériaux sont accessibles, de préférence locaux, faciles à mettre en œuvre, à entretenir et/ou à changer.

La réalisation se fera avec les artisans locaux et des moyens techniques minimum avec l’assistance des concepteurs. Le montage et le démontage, à faire sans engins, s’effectueront par un nombre réduit de personnes.

Lors du workshop, les équipes des cinq projets sélectionnés en première phase, se sont attelées à développer le volet technique de leurs projets. Soutenues par l’encadrement des membres du collectif Sans adresse (ayant réalisé un projet de structure démontable pour le débat dans l’espace public en Octobre à Tunis) et par les conseils de C. Araiby, les étapes de montage et les détails de structure ont été élaborés et les estimations davantage poussées dans leur calcul.

La dernière phase du chantier participatif, prévue en avril, sera reprogrammée en accord avec l’évolution de la situation que connaît le pays (et le monde). Le projet CinéRif, ce bel exemple d’engagement croisant architecture et cinéma, inspirera nous l’espérons, d’autres initiatives dans nos régions.

Article paru dans Archibat n°49 – Juin 2020

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *