fbpx
LOADING

Type to search

Article paru dans le journal LeTemps

Share



Nous vous invitons à lire l’interview de Amel Souissi Talbi, editrice des revues Archibat et IDdéco, parue dans les pages culturelles du journal Le Temps du 14/10/2009.

Architecte de formation et éditrice de revues spécialisées dans les secteurs de l’architecture, du bâtiment, de la décoration et du design tunisien, Amel Souissi Talbi, dirige la société d’édition ABC qui édite la seule revue tunisienne spécialisée dans le domaine de l’architecture : Archibat. C’est une revue semestrielle qui existe depuis neuf ans. Une version online de la revue a été crée depuis janvier 2009 sous forme de portail d’information dédié au secteur de la construction. En mars 2009, une nouvelle revue IDdéco, spécialisée dans la décoration, le design et l’artisanat en Tunisie fut lancée.


En quelle année avez-vous créé votre propre société ? Pouvez-nous en dire un peu plus ?
La société ABC, architecture bâtiment et communication que je dirige depuis l’année 2000 est spécialisée dans l’édition et aussi l’organisation d’événements liés aux domaines de l’architecture, du bâtiment, de la décoration, du design et de l’artisanat.
Nos supports ont pour objectif de promouvoir et de valoriser le travail et les réalisations de qualité, des créateurs tunisiens mais également d’informer un large public sur les innovations et tendances à l’échelle internationale en matière d’architecture et de décoration. Parmi les événements importants que nous avons organisés, une belle exposition sur les Palais de Tunis et ses environs en coopération avec l’Agence de mise en valeur du Patrimoine en mai 2009 à l’occasion du Mois du Patrimoine. Cette exposition a eu un grand succès. Pour nous, ce fut une contribution pour promouvoir une meilleure connaissance du patrimoine architectural tunisien auprès d’un large public.


Comment vous est venue l’idée de réaliser un magazine de décoration ? Etait-ce pour palier à un manque quant à l’existence d’un magazine de déco tunisien ou était-ce davantage pour votre amour de la décoration ?
Nous avons depuis longtemps intégré des rubriques Art et déco dans la revue Archibat. Or, cet espace réservé était devenu trop étroit compte tenu de la richesse de la thématique. L’idée d’y consacrer une revue s’est donc imposée comme une nécessité. Je considère que la décoration d’intérieur fait partie de l’architecture,  les architectes les plus connus dans l’histoire comme Le Corbusier, Frank Lloyd Wright ou Mies Van der Rohe, conçevaient  leurs réalisations comme une œuvre d’art globale. L’architecte dessine son projet du moindre détail d’ameublement jusqu’aux poignés de portes en fonction de l’espace et du lieux.


Quand avez-vous réalisé que c’était vraiment ce que vous souhaitiez faire ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?
Parmi les objectifs que je voulais atteindre avec le lancement de la revue Archibat, c’est la sensibilisation d’un large public aux questions liées à l’architecture, la ville et à notre cadre de vie. Je suis convaincue que l’art de concevoir et d’édifier les bâtiments, les quartiers et les villes se doit de trouver sa place dans le paysage culturel et intellectuel de notre pays. Les perceptions esthétiques et les façons de construire nos lieux de vie sont le reflet de notre culture et de notre degré de raffinement et de développement. C’est de la qualité de nos villes, de notre architecture pensée et de son insertion harmonieuse dans le milieu environnant tout en respectant les espaces naturels que dépend notre qualité de vie et de bien-être.
Je considère que la décoration, l’artisanat, le design et les différentes expressions artistiques nourrissent et accompagnent l’architecture. A l’ère de la mondialisation et des risques d’uniformisation des modes de vies, il me semble essentiel et urgent de valoriser par les médias nos savoir-faire. Notre artisanat est le témoin de notre art de vivre, du raffinement, de la créativité et de la passion de nos artisans. Il a un rôle prépondérant dans le renforcement de l’identité et de la préservation de notre mémoire. Avec la profusion de revues qui sont diffusées en Tunisie, le citoyen est parfois dérouté et manque de repères par rapport aux produits artisanaux tunisiens, marocains, turques… Nous souhaitons à travers notre revue IDdéco, clarifier aux yeux des lecteurs l’identité et les spécificités de notre artisanat et ainsi le valoriser. L’implication des jeunes designers pourrait être d’un apport positif  pour notre artisanat afin de le mettre au goût du jour et ainsi le réconcilier avec les consommateurs, d’où notre intérêt aussi à ce secteur de la création.


La déco est-elle devenue une passion ?
La maison devient le cocon dans lequel on cherche, face à un quotidien stressant à se relaxer, à se ressourcer et à s’évader. De plus en plus, les particuliers sont portés sur les questions de confort et de bien-être intérieur. Il faut dire que l’offre des produits mobiliers et autres accessoires ne cesse aussi de se diversifier et de s’améliorer. Depuis quelques années, on constate par exemple de nouvelles gammes de cuisines et de salles de bains qui deviennent de véritables pièces à vivre. Cela incite les particuliers qui sont en cours de construction de leur maisons ou ceux qui souhaitent rénover leurs intérieurs à s’équiper des nouveaux produits qui sont de plus en plus attractifs d’un point de vue ergonomie et design.
Le tunisien en général est très soucieux de la présentation de son cadre de vie. Beaucoup de femmes sont passionnées par la décoration mais ignorent comment est structuré ce domaine. Elles ne savent pas où s’adresser pour s’équiper ou aménager leurs intérieurs. Dans les reportages IDdéco, notre carnet d’adresse permet aux lectrices d’avoir accès aux noms et coordonnées de tous les concepteurs, architectes, décorateurs mais également fournisseurs ou boutiques qui commercialisent des produits de qualité. Ainsi, elles sont libres de puiser idées, inspiration et bonnes adresses pour embellir ou réaménager leurs intérieurs.  Car il ne s’agit pas d’imposer un mode de vie uniforme mais d’éveiller le goût et de révéler la part d’exception qui existe en chacun d’entre nous.

 

Quel est l’univers d’ID déco ?
L’univers d’IDdéco concerne tout ce qui touche de près ou de loin au domaine de la création que ce soit dans les secteurs de l’architecture d’intérieur, de l’artisanat ou du design.


Avez-vous des préférences en matière de décoration ? Privilégiez-vous la culture tunisienne à travers vos magazines ?
Bien évidemment ! En tant que revue tunisienne, nous essayons de valoriser les réalisations et créations en matière de décoration tunisienne. J’estime qu’il y a suffisamment de magazines étrangers commercialisés en Tunisie et qui font tous la promotion de leurs créateurs et des réalisations de leurs pays.
Notre préoccupation première est de privilégier avant tout nos savoir-faire et notre culture tunisienne tout en restant ouvert aux innovations et aux tendances du secteur de la décoration à l’échelle internationale.  Ces dernières années, on constate qu’il y a en Tunisie, une émergence de jeunes talents dans plusieurs domaines de la création, notre souhait c’est d’accompagner et de promouvoir ce potentiel créatif.


Quels sont vos projets pour le magazine ID déco à court et moyen termes ?
Notre objectif est de positionner ID déco en tant revue de référence dans le secteur de la décoration, d’offrir un support qui valorise l’art de vivre en Tunisie,  de révéler la richesse du secteur de la création en Tunisie et de le porter à voir au regard international. Nous avons l’ambition de promouvoir des rencontres de créateurs d’horizons divers et de nouer des relations de partenariat avec les événements en relation avec le domaine de la création.

 

Plusieurs magazines tunisiens de décoration arrivent sur le marché, que pensez-vous de ce nouvel engouement pour ce sujet ? Aurez-vous le même positionnement ? Pensez-vous que la concurrence sera rude ?
Je pense que l’arrivée de plusieurs magazines de décoration sur le marché tunisien va mettre ce secteur en avant et apportera une certaine exigence de qualité d’un point de vue éditorial, en termes de sujets traités, de mise en page, de photographies… Cela est très positif pour nous et ne peut-être que bénéfique pour le lectorat. C’est le contenu, la forme des magazines et le positionnement éditorial de ces supports qui motivera le choix des lecteurs. De notre côté, nous visons l’excellence pour se positionner en tant qu’éditeur qui encourage et participe activement à améliorer la qualité du vaste champ culturel de la création en Tunisie.

 

Propos recueillis par Nadia Zouari






Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *