• Home
  • >
  • National
  • >
  • Conférence : La ville à l’épreuve de l’urbain
Conférence : La ville à l’épreuve de l’urbain

Conférence : La ville à l’épreuve de l’urbain



« La ville à l’épreuve de l’urbain » est la conférence qui a été organisée par l’Institut français de Coopération, le 13 décembre dernier au Collège international de Tunis. Les 2 invités d’honneur, Leila Amar et Olivier Brochet, ont exploré la question du phénomène urbain sous l’angle des modes de vie et des pratiques d’habiter.

Cette conférence s’est déroulée dans le cadre de l’exposition « La Ville Projetée », présentée à la librairie Fahrenheit 451 de Carthage du 20 au 27 décembre 2008. L’exposition se proposait de montrer comment les architectes français font aujourd’hui la ville, dans et hors les frontières de l’hexagone.

« La ville à l’épreuve de l’urbain » est la conférence qui a été organisée par l’Institut français de Coopération, le 13 décembre dernier au Collège international de Tunis.  Suite à l’introduction de la maîtresse des lieux Helé Béji, les 2 architec tes invités d’honneur, Leila Amar et Olivier Brochet, ont  exploré la question du phénomène urbain sous l’angle des modes de vie et des pratiques d’habiter.

L’urbanité étant historiquement associée à la ville dense, elle s’incarne dans des espaces et des manières d’être ensemble qui n’ont plus grand-chose à voir avec la réalité de l’urbanisme contemporain et des modes de vie qui lui sont liés. Dans ce contexte, comment vivons-nous la ville aujourd’hui ?

Quelles sont les formes que prend aujourd’hui l’urbanisation dans nos villes ?
Telle est la question soulevée par Leila Ammar, architecte enseignante à l’ENAU, qui souligne que le passage de la ville à l’urbain correspond à un changement d’échelle : passage de la ville comme unité spatiale « discrète » à la ville-territoire. Les villes s’étalent et se dispersent à des vitesses différentes et selon des processus variés. D’un côté, on assiste à la prolifération de quartiers informels, et de l’autre, à de s formes d’agglomérations planifiées conçues pour et par la voiture.
« Plus que jamais, nous devons comprendre pour agir. Agir comme architectes, comme urbanistes, comme citoyens » nous dit Leila Ammar. Car la ville est l’affaire de tous. Lutter contre un urbanisme de produits, lutter contre la ville sécurisée composée d’espaces clos et privatisés. Enfin, réclamer le droit à la ville, la ville passante, la ville durable et équitable. Une ville qui soit une création collective, « le plus fort symbole de la société ».

Olivier Brochet,  architecte et enseignant à l’école d’architecture de Bordeaux, a présenté des projets architecturaux et urbains qui ont été introduits et discutés comme éléments de réponse et de positionnement par rapport aux problématiques abordées. Parmi elles se trouve celle de la réhabilitation. Pour son intervention au musée de l’Orangerie à Paris, l’architecte a choisi de garder l’enveloppe extérieure du bâtiment existant et de donner aux espaces intérieurs une expression nouvelle basée sur l’apport de la lumière naturelle. Une architecture de son temps contenue dans une coque d’une époque passée. L’autonomie entre le contenu et le contenant permet de s’inscrire dans une démarche à la fois respectueuse de l’ancien et de l’esprit du lieu, mais aussi en quête d’innovation.
L’architecte a par ailleurs participé à la conception de plusieurs médiathèques en France et à l’étranger. Pensée comme lieu de culture et de rencontre par excellence, une médiathèque devrait, selon Olivier Brochet, s’ouvrir sur l’espace public pour inviter le passant à y pénétrer.
La réflexion sur le projet urbain a ensuite été introduite par la présentation du quartier de La Berge du Lac à Bordeaux. Les concepteurs de ce projet ont opté pour la diversité et la mixité. Diversité des fonctions et mixité de la population. Favoriser les échanges entre les personnes et les cultures, créer des lieux de rassemblement et de convivialité, te ls ont été les maîtres-mots pour ce projet qui prend en compte les individus dans leur diversité.
C’est « dans ce jeu d’aller-retour, du paysage, du quartier ou du bâtiment existant au projet que se joue la conception architecturale ».


F. B



No Comments

Leave a Reply