fbpx
LOADING

Type to search

Conférence Nationale sur l’Utilisation Rationnelle de l’Energie en Tunisie

Share



En dépit d’une politique assidue de maîtrise d’énergie, datant du milieu des années 80, l’augmentation ininterrompue de la demande d’énergie en Tunisie accentue les pressions sur les systèmes énergétiques et les risques sur l’économie tunisienne. Ces risques se présentent sous plusieurs formes : alourdissement de la facture énergétique nationale, mise en péril des équilibres du budget de l’état du fait du soutien aux prix de l’énergie, aggravation du déficit énergétique, vulnérabilité par rapport à l’augmentation des prix internationaux de l’énergie, dépendance accrue vis-à-vis des énergies fossiles.

Face à cette situation, le système énergétique tunisien est confronté aujourd’hui à trois défis majeurs : la sécurité énergétique, l’accès à une énergie abordable et durable et la compétitivité économique. La politique d’utilisation rationnelle de l’énergie en Tunisie est, dès lors, appelée à être en mouvement permanent et donc constamment relancée pour assurer la transition vers un modèle énergétique durable.


Organisé par l’Agence Nationale de maîtrise de l’énergie, le jeudi 20 juin, la conférence Nationale sur l’Utilisation Rationnelle de l’Energie en Tunisie, a présenté le contexte et les enjeux de l’utilisation rationnelle de l’énergie en Tunisie. Trois ateliers sectoriels, se sont constitués alors, pour présenter la Stratégie nationale de Maitrise de l’énergie dans les secteurs : bâtiment, transport et industrie.
Suite à la présentation du bilan des réalisations de l’utilisation rationnelle de l’énergie dans le bâtiment, présenté par M. Mohamed Zied Gannar (ANME), un plan d’action de l’utilisation rationnelle de l’énergie dans le bâtiment a été présenté par M. Hassan BEN HASSINE et des recommandations ont été émises à la clôture de cet atelier dédié au secteur du bâtiment.


A cette occasion, l’ANME a publié une étude dont l’objectif est d’anticiper sur les défis énergétiques qui vont se présenter durant les prochaines années et décennies, en mettant en place une politique ambitieuse et cohérente d’efficacité énergétique, et en identifiant les leviers d’action majeurs sur lesquels il faudrait agir pour opérationnaliser cette politique.


Pour en savoir plus : cliquez-ici


Recommandations de l’atelier sectoriel Bâtiment :




  1. Valoriser les substances utiles disponibles à travers les différents gouvernorats afin de produire des matériaux et des techniques de construction performants et à moindre coût tout en favorisant le développement régional.


  2. Veiller à la certification des produits et des techniques de construction afin de garantir leurs performances.


  3. Fournir sur le marché une main d’œuvre qualifiée à travers la création de micro entreprises et leur certification pour garantir la bonne mise en œuvre des techniques performantes sur chantier.


  4. Mise en place d’experts relais à travers les différents gouvernorats pour veiller à la bonne exécution des techniques de construction sur chantier et instaurer un système d’agrément de ces experts.


  5. Revoir les textes réglementaires relatifs aux missions des concepteurs et contrôleurs techniques pour garantir le suivi des réalisations sur chantier.


  6. Doter les municipalités des moyens humains pour pouvoir effectuer le contrôle sur chantier de l’application des techniques de construction performantes.


  7. Mettre en place un système efficace de contrôle du marché parallèle avec la coordination avec le ministère chargé du commerce.


  8. Introduire au niveau des cahiers des charges du ministère de l’équipement les matériaux et les techniques de construction performantes comme alternatives aux solutions conventionnes.


  9. Encourager la production locale des systèmes d’éclairage à LED et exonération des droits de douane des composantes nécessaires à leur fabrication.


  10. Formation des concepteurs, contrôleurs et installateurs sur les techniques de construction performantes en bénéficiant des expériences internationales et notamment l’association des agences de maîtrise de l’énergie MEDENER.


  11. Etablissement des chartes avec les différents ministères concernés par la mise en œuvre du programme national de l’utilisation rationnelle de l’énergie pour garantir leurs adhésions.


  12. Indexer le coût de location des bâtiments pour l’état à la consommation énergétique du bâtiment après réalisation obligatoirement un audit énergétique.


  13. Mobiliser les financements des actions d’utilisation rationnelle d’énergie à travers les fonds carbone (NAMAS).


  14. Renforcement des moyens humains de l’ANME pour garantir la bonne exécution du programme national d’URE afin d’atteindre les objectifs annoncés.


  15. Renforcement des moyens matériels des centres techniques concernés par le programme d’URE pour garantir le contrôle de qualité des équipements et des matériaux économes en énergie.













 












 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *