fbpx
LOADING

Type to search

Ecole nationale d’ingénieurs de Bizerte (Enib)Fin prête l’été 2016

Share



D’un coût global de 15 millions d’euros, accordés par l’Agence française de développement (AFD), les bâtiments de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Bizerte (Enib), d’une surface totale de 16.000 m², seront fin prêts en été 2016. En attendant, l’Enib est provisoirement hébergée au sein de l’Institut supérieur des études technologiques de Bizerte (Iset).

L’Agence française de développement (AFD) a étendu ses interventions à l’enseignement supérieur. Mieux, elle veut faire de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Bizerte un projet exemplaire de la coopération tuniso-française. Un projet dont la première pierre vient d’être posée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Taoufik Jelassi, et l’ambassadeur de France en Tunisie, François Gouyette.

Projet-phare et exemplaire de la coopération bilatérale, la convention de financement, d’un montant de 15M€ (un peu plus de trente millions de dinars), allouée à la construction de l’Enib, a été signée, tout juste après la révolution, soit le 27 mai 2011. Aux termes de laquelle, l’AFD a débloqué une première tranche d’une enveloppe de 3M€, versée en juin 2012.
«Le projet architectural de l’Enib allie élégance, modernité et fonctionnalité. Il reflète la philosophie de l’École, soit interaction entre les filières, ouverture sur le monde industriel et l’environnement socio-économique. Les amphithéâtres, salles de cours, laboratoires, ateliers, salles de projets, bibliothèque et médiathèque sont conçus et disposés de façon optimisée pour assurer un contact permanent

En effet, l’Enib est conçue autour d’un plateau technologique innovant. Couvrant une superficie de 16.000 m² bâtis, l’Ecole sera adaptée à la pédagogie transversale de l’Enib qui place le génie industriel au centre de la formation. L’enseignement sera organisé autour d’un plateau technologique innovant, regroupant l’essentiel des équipements de génie mécanique et industriel, dans l’esprit d’une chaîne de production complète. A ce titre, les ateliers et laboratoires de l’École seront pourvus de machines industrielles, de logiciels et d’équipements scientifiques de pointe, afin de permettre la formation pratique des étudiants, mais aussi de fournir un support aux entreprises qui pourront développer leurs produits au sein même de l’Enib. À cet effet, des locaux seront spécifiquement dédiés à l’amélioration des méthodes et procédés, ainsi qu’au prototypage. L’École intègre en effet un centre d’innovation où les entreprises pourront être accueillies pour leurs travaux de R&D», d’après un communiqué de l’Ambassade de France en Tunisie.

En attendant de prendre possession de ses locaux, l’Ecole nationale d’ingénieurs de Bizerte est hébergée par l’Institut supérieur des études technologiques. L’Enib célèbre en cette fin juin la sortie de sa troisième promotion d’ingénieurs en génie industriel (48 étudiants) et sa toute première promotion d’ingénieurs en génie mécanique (42 étudiants). Aujourd’hui l’École compte 354 étudiants, mais à terme, son effectif atteindra 1200 élèves ingénieurs.
La France, à travers ses structures institutionnelles en Tunisie, n’a pas attendu la construction des locaux pour apporter un soutien à l’Enib et à ses étudients. Aussi, en complément du financement en faveur de la construction des locaux, le Service de coopération et d’action culturelle (Scac) de l’ambassade de France, en Tunisie, soutient d’ores et déjà l’Enib. Un soutien, engagé depuis 2010, à travers une assistance technique et la prise en charge des missions d’appui académique et scientifique des écoles d’ingénieurs françaises partenaires de l’Enib. Le montant global de ce soutien s’élève à ce jour à 570.000 €.

L’Enib tend à former des ingénieurs polyvalents dotés d’une solide formation scientifique et technique et spécialisés dans l’un des trois secteurs d’activités spécifiques. Il s’agit de génie industriel, génie civil, et génie mécanique. Les programmes de formation visent la qualité et la conformité aux standards internationaux en matière de formation et de recherche. Aussi, l’Enib bénéficie-t-elle d’un expert technique français affecté par l’ambassade de France ainsi que de la participation de partenaires de réputation internationale dont, essentiellement, l’École nationale des Arts et Métiers (Ensam) et l’École polytechnique de Clermont-Ferrand qui se sont fortement engagées dans la formation des étudiants et des enseignants tunisiens. Sans compter que les échanges académiques s’accompagnent d’un partenariat avec les entreprises, qui s’impliquent dans la vie de l’Enib.

La 3èmepromotion d’ingénieurs, en génie industriel et la toute première promotion d’ingénieurs en génie mécanique viennent de sortir de l’Enib., en 2014. Une troisième spécialité, le génie civil, sera ouverte quand l’Enib emménagera dans ses propres murs où, à terme, elle accueillera 1200 étudiants toutes spécialités confondues.

Source : La Presse







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *