fbpx
LOADING

Type to search

Energie – enjeux et défisSuppression progressive de la subvention énergétiqueLes secteurs «énergivores» en ligne de mire

Share



Le gouvernement tunisien a pris la décision de réviser les subventions énergétiques. Une révision qui permettrait une économie d’environ 200 milliards de dinars

Les subventions énergétiques directes et indirectes, accordées par l’Etat, en 2012, s’élèvent à hauteur de 5.200 MD dont 43% pour les produits pétroliers, 41% pour l’électricité et 16% pour le gaz naturel. Une subvention énorme qui alourdit le budget de l’Etat, à un moment où le pays passe par une crise économique et financière assez importante. D’où la décision de réviser cette subvention.

En effet, le gouvernement a décidé de supprimer progressivement la subvention énergétique de 10%. Entrée en vigueur en janvier 2014, la suppression de la subvention énergétique est destinée aux secteurs des industries agroalimentaires, au secteur du textile, des briqueteries et des usines de céramique. Une suppression qui, selon les explications du ministère de l’Industrie, se prolongera sur une période de trois à six ans. Ainsi, la subvention sera ramenée à 2,5 milliards de dinars en 2014, toujours, selon les prévisions, ce qui permettra d’économiser quelque 200 milliards de dinars par an. Par ailleurs, la moitié de la subvention supprimée, depuis janvier 2014, pour le secteur des cimenteries, et l’autre moitié qui sera supprimée, au cours de ce mois de juin, devraient générer des ressources financières prévisionnelles de l’ordre de 220 MD. Il s’agit là de secteurs « énergivores», qui consomment de grandes quantités, notamment d’hydrocarbures, d’électricité et de gaz. Une consommation élevée qui a rendu nécessaire, voire obligatoire, pour le gouvernement de revoir la subvention énergétique accordée à ces secteurs. Une subvention qui a atteint, en 2013, quelque 3,6 milliards de dinars. Sachant que la réduction de la subvention a permis d’en réduire le coût de 130 MD, avec un impact positif, sur le consommateur, puisque l’acheteur final ne paye que 7.5 dinars, le sac de ciment.

Il est vrai que la subvention énergétique sera réduite progressivement. Néanmoins, ce ne sont pas uniquement les secteurs «énergivores» qui en paieront le prix. Bien au contraire, la consommation grand public est aussi concernée. En effet, le ministre de l’Industrie a souligné que les tarifs de l’électricité ont été augmentés, en moyenne de 10%, et du gaz de 12% pour la moyenne pression et de 10% pour la haute pression. La création de nouveaux paliers de prix, explique le ministre, a permis d’atténuer, voire, d’annuler l’impact de cette augmentation pour les ménages à faibles et moyens revenus dont la facturation ne commence qu’à partir de 100 kilowatts par mois.

Source : La Presse







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *