fbpx
LOADING

Type to search

Entretien avec… : Lazhar Chérif, président de l’Association pour la sauvegarde de la Médina de Gafsa «L’ASM a acquis un savoir-faire en matière de protection et de mise en valeur des oasis historiques»

Share



Comment l’ASM Gafsa est-elle devenue le chef de file de l’action pour la protection et la mise en valeur des oasis historiques en Tunisie ?
L’Association pour la sauvegarde de la Médina de Gafsa a développé depuis 2004 un programme pour la conservation et le développement de l’oasis historique de Gafsa. Ce programme s’articule sur plusieurs projets visant l’amélioration de la qualité des sols dans l’oasis par la valorisation des déchets organiques en composte et la conservation de l’agro-biodiversité dans ce milieu.

Ces actions ont permis à l’Association de développer un réseau de partenaires locaux, régionaux et nationaux œuvrant dans le même sens. L’Association a acquis de ce fait un savoir en matière de mise en œuvre des actions de plaidoyer, de mobilisation et d’animation autour des problématiques touchant directement la protection et la mise en valeur des oasis historiques en Tunisie.

 

Depuis 2005, l’ASM-Gafsa est associée à un programme mondial lancé par l’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ayant pour objectif la conservation et la gestion adaptative des systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial. Et c’est dans ce cadre que l’oasis historique de Gafsa  a été choisie par la FAO comme étant un système agricole mondial hérité à caractère ingénieux (parmi plus de 6 sites pilotes mondiaux choisis au début du programme) grâce  aux multifonctions qu’elle assure (culturale, culturelle, sociale, économique, etc.). Cette oasis  est ainsi  répertoriée dans ce programme international qui vise à préserver un tel site mondial dans le cadre d’un projet financé par le Fonds pour l’environnement mondial (GEF/FEM) et exécuté par la FAO. L’ASM-Gafsa est l’agence d’exécution du projet au niveau local.


A travers ce projet, notre Association a promu des actions avec une dimension nationale pour une conservation des oasis historiques en Tunisie et la reconnaissance de cette spécificité à l’échelle nationale.

 

Quelle est la nature de l’action à entreprendre dans ce sens ?
Afin d’atteindre les objectifs tracés par l’ASM-Gafsa avec ses partenaires locaux, nationaux et internationaux, il a été proposé de promouvoir la reconnaissance des oasis historiques de Tunisie comme étant un patrimoine agricole national et cela en partenariat avec toutes les ONG opérant dans les oasis, les structures de recherche et développement, les organismes publics et professionnels et les organisations internationales de développement représentées en Tunisie. Cette démarche a été initiée par la préparation participative d’une charte nationale pour la conservation dynamique et le développement des oasis de Tunisie et sa mise en œuvre.


Plusieurs réunions et ateliers de concertation et de discussion de la charte ont été organisés depuis juillet 2011 jusqu’à janvier 2013 dans toutes les régions oasiennes de Tunisie, avec la participation de toutes les parties prenantes actives dans les oasis du pays, afin de débattre du contenu de cette charte et d’accompagner ce processus jusqu’à sa validation par les autorités publiques.

 

Quelle a été votre démarche dans ce cadre ?
Afin d’adopter et de valider la charte nationale pour la conservation dynamique et le développement des oasis de Tunisie par tous les organismes et les institutions impliqués pour la conservation des oasis historiques en Tunisie, l’ASM- Gafsa a engagé un juriste en réglementations agricoles pour préparer une première mouture de la charte basée sur une évaluation détaillée des textes législatifs et réglementaires, des circulaires  se rattachant à la conservation des oasis en Tunisie et concernant les cultures oasiennes (palmiers dattiers, arboriculture, maraîchage, culture fourragères…). En parallèle, l’Association a procédé à l’identification de tous les acteurs actifs dans les régions oasiennes tunisiennes.


A partir de juillet 2011, et en collaboration avec la FAO dans le cadre du projet Sipam,  l’ASM-Gafsa a organisé plusieurs ateliers de concertation pour discuter la charte et améliorer son contenu. Les associations oasiennes de Tunisie, les organismes de développement, les collectivités locales et institutions de recherche ont participé activement à ces ateliers tout au long d’un processus qui a duré deux ans.


D’autre part, l’ASM-Gafsa a organisé une série d’ateliers de réflexion et de concertation  pour la présentation de ce projet de charte nationale pour la conservation dynamique et le développement des oasis de Tunisie et examiner les possibilités de sa dynamisation en vue de lancer une action de plaidoyer au niveau de l’Assemblée nationale  constituante afin d’intégrer l’approche de la conservation du patrimoine national oasien dans la nouvelle Constitution tunisienne.


Le nouveau projet de l’ASM-Gafsa financé par le Traité international des ressources génétiques des plantes pour l’alimentation et l’agriculture: «Promotion de la reconnaissance des Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (Sipam)»  est une opportunité pour étendre notre action pour la conservation des oasis en Tunisie et promouvoir la reconnaissance nationale du patrimoine oasien à travers la dynamisation de la charte comme instrument juridique et institutionnel.


Auteur : Propos recueillis par T.A


 






 






 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *