fbpx
LOADING

Type to search

Forum scientifique : « Vers une transition énergétique durable en Méditerranée, l’apport des sciences humaines et sociales »

Share



En partenariat avec la Bibliothèque Nationale de Tunisie, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain,
l’Institut Français de Tunisie et l’Institut Français, organisent le 1er décembre 2012 à la Bibliothèque Nationale de Tunisie à Tunis, un forum scientifique autour du thème : « Vers une transition énergétique durable en Méditerranée, l’apport des sciences humaines et sociales », Sous la responsabilité scientifique de Sylvie Daviet, professeur de géographie à Aix-Marseille Université (AMU) et chercheur associé à l’IRMC.

ontexte et origine du projet :
Cette manifestation s’inscrit dans la dynamique du projet CNRS “Mutations contemporaines de l’énergie en Méditerranée (MUCONEM)” qui a organisé un workshop à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence le 10 Février 2012, autour des enjeux technologiques et sociétaux de la transition énergétique en Méditerranée. Elle vient également à la suite d’une série de conférences organisées par l’Institut Français de Tunisie, en partenariat avec le Collège de France, sur la thématique de l’énergie ; ces interventions se sont déroulées à Tunis de février à avril 2012, dans le cadre de la manifestation annuelle « Sciences en Question ». L’Institut Français apporte son soutien à ce forum scientifique qui se tient dans le sillage de l’année internationale des énergies durables pour tous.


La question énergétique, et plus particulièrement des énergies nouvelles et renouvelables, est au coeur de la coopération scientifique et constitue une des priorités des autorités et des acteurs tunisiens. Elle est ainsi à l’origine d’un nombre important de rencontres professionnelles. Ces rencontres mobilisent traditionnellement les opérateurs, la STEG, l’ANME, les bailleurs de fonds internationaux, les représentants du technopôle de Borj Cedria et diverses entreprises grandes et petites, mises en relations par le biais de séances « Be to Be »…

Cible du projet :
Les attentes sont effectivement importantes autour de l’avenir énergétique de la Tunisie, de la Méditerranée, et plus largement de la planète. La problématique énergétique associe de fait des dimensions d’ordre économique, environnemental, scientifique, technologique et sociétal qui renvoient plus largement au concept de transition énergétique et aux enjeux de durabilité. Mais, dans la pratique, l’approche scientifique de cette transition énergétique, du point de vue des sciences sociales et de la société, est assez peu abordée. L’objectif que nous nous fixons est de combler cette lacune, à travers l’organisation d’un forum scientifique à la Bibliothèque Nationale de Tunis qui mettra l’accent sur l’apport des sciences sociales, tout en l’inscrivant dans une approche scientifique globale, ouverte aux acteurs publics et privés de l’énergie. Ce forum se déroulera le samedi premier décembre 2012, sous forme de conférences et tables rondes qui seront filmées, en vue d’alimenter la réflexion sur l’observation de la transition énergétique.


Problématique scientifique et programme:
L’enjeu de la transition énergétique est, en effet, de passer d’un système dominé par les énergies fossiles à un système régi par les énergies non carbonées, en particulier les énergies renouvelables. Ce changement revêt un enjeu technologique et de société qui interroge la transformation des comportements et des usages comme de l’aménagement des territoires. La Méditerranée constitue un espace encore dominé par les énergies fossiles où les interdépendances sont fortes entre rive Nord et rive Sud. Depuis la fin des années 1980, la coopération entre les pays du pourtour Méditerranéen est à l’oeuvre entre producteurs d’énergie et agences de maîtrise de l’énergie. Elle a favorisé, ces dernières années, l’émergence de grands projets régionaux reposant sur un développement renforcé des énergies durables, solaires en particulier, valorisant ainsi le potentiel de la rive Sud. Mais cette coopération repose avant tout sur les acteurs institutionnels, les grands opérateurs économiques, et dans une moindre mesure, le monde académique des sciences et technologies. Elle n’aborde pas directement les questions liées aux sociétés civiles, aux territoires, et aux sciences sociales. Nous pensons au contraire qu’il est nécessaire d’initier une large pluridisciplinarité autour de ces enjeux sociétaux, tout en favorisant un dialogue constructif entre la recherche et l’ensemble des acteurs qu’ils soient institutionnels, économiques ou associatifs.

Pour plus d’infos cliquez-ici.

 













 


 




 


 







 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *