fbpx
LOADING

Type to search

Le CTMCCV a-t-il les moyens de ses ambitions ?

Share



D’un côté, toutes sortes de missions, programmes nationaux, normes, formation inter-entreprises… De l’autre, seulement 3 laboratoires, quelques équipements d’audit énergétique, une bibliothèque et 87 agents, dont 27 ingénieurs et techniciens ! Comment le CTMCCV parvient-il à faire face ?
Le Centre technique des matériaux de construction, de la céramique et du verre (CTMCCV) a été créé en 1982 et, depuis lors, les entreprises industrielles du secteur des matériaux de construction, de la céramique et du verre y sont adhérentes et bénéficient de ses services. Une tâche immense avec pas moins de 10 missions à mener tambour battant :

  • Elaboration des pré-diagnostics et des diagnostics dans le cadre du Programme de Mise à Niveau
  • Assistance des industriels par la mise en œuvre du système qualité
  • Réalisation d’études d’impact pour les projets industriels ayant des rejets sur l’environnement
  • Assistance des industriels pour la modernisation des méthodes de production
  • Amélioration technologique et maîtrise de la qualité
  • Contribution à l’élaboration des normes et l’assistance aux industriels pour leur application
  • Collecte et diffusion de l’information technique industrielle et commerciale ainsi que toutes les statistiques et élaboration des études techniques et économiques inhérentes aux activités industrielles
  • Inventaire de toutes les ressources nationales en matières premières, en collaboration avec tous les instituts nationaux de recherche, ainsi que l’étude des caractéristiques des ressources en vue de leur exploitation
  • Développement de l’utilisation des techniques écologiques permettant la protection de l’environnement, la préservation des ressources durables et la diminution des déchets et rejets polluants
  • Collaboration avec les centres techniques, instituts, universités et le ministère de la Recherche scientifique pour le développement du secteur et la mise en application des résultats obtenus par la recherche scientifique.

Responsabilité régionale
Mais c’est loin d’être tout, car le CTMCCV gère aussi un programme pour le développement régional ; là où l’appui du CTMCCV au secteur des Imccv concerne essentiellement l’assistance et l’accompagnement susceptibles de développer aussi bien les produits traditionnels fabriqués actuellement que les nouveaux produits qui seront éventuellement introduits. Le Centre fournit donc les efforts nécessaires pour la réussite du programme qu’il a tracé pour le développement régional et l’amélioration, d’une façon générale, du niveau de performance et de compétitivité du secteur Imccv. Ce programme s’articule autour de pas moins de 6 axes principaux :

  • Valorisation des substances utiles qui pourront servir comme matières premières de base pour l’alimentation des unités Imccv existantes ou qui seront créées
  • Assistance technique auprès des unités implantées à l’intérieur du pays pour l’amélioration de leurs niveaux de compétitivité
  • Accompagnement des nouveaux promoteurs dans la réalisation de leurs projets
  • Renforcement de ses prestations relatives à la recherche et au développement technologique
  • Promotion de l’éco-construction
  • Elaboration de cycles de perfectionnement dans le cadre du programme Amal pour formation de la main-d’œuvre qualifiée
  • Assistance technique des entreprises du secteur dans le cadre du Pcam pour l’amélioration de la compétitivité, la certification et le marquage CE.

Bonne volonté, mais…
Le centre est également très actif dans le domaine des normes et, pour répondre aux besoins et attentes du secteur relatifs à la qualité de ses produits, il a établi un programme de travail visant particulièrement l’amélioration de la compétitivité des entreprises du secteur, la maîtrise de l’énergie et la certification à travers la mise en place d’un système de management de la qualité.
C’est pour cela que le CTMCCV renforce périodiquement ses laboratoires, par des équipements complémentaires, lui permettant de réaliser de nouveaux essais sur les matières premières et les produits finis et semi-finis, et ce, dans le cadre de l’application des normes relatives à la certification produit ou aux opérations de contrôle technique à l’importation et l’exportation.
Ce n’est certainement pas faute de bonne volonté mais, à passer en revue les moyens dont il dispose, on est tenté de penser que l’affaire est rude. Seulement 3 laboratoires (essais physico-chimiques des matières premières / essais pour les liants et dérivés / métrologie), quelques équipements pour la réalisation des audits énergétiques, une bibliothèque spécialisée et des moyens logistiques pour la formation, sans parler de ses moyens humains : 87 agents, dont uniquement 27 ingénieurs et techniciens.
Dans son credo, le CTMCCV atteste fièrement : ‘’Riche d’une longue expérience de 30 ans dans le domaine des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre, le CTMCCV réunit un pôle d’experts comprenant des ingénieurs seniors, des chercheurs et des techniciens opérant au sein d’un réseau de consultants nationaux et internationaux, et met son savoir-faire au service des entreprises et des laboratoires d’analyses, de mesures et de contrôles.’’ Certes, mais pourquoi les industriels préfèrent-ils mener leurs propres essais ?

Source : La Presse







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *