fbpx
LOADING

Type to search

Le Kef — UrbanismeUne stratégie multidimensionnelle à long terme

Share



Important appui de l’Institut arabe des villes et de la Banque mondiale

La ville du Kef est en phase d’être promue à un statut de ville moderne avec un cadre de vie décent pour la population. C’est en tout cas la conclusion qui sort de la conférence internationale organisée par la commission spéciale siégeant actuellement à la tête de l’instance communale avec le concours précieux de l’Institut arabe de développement des villes, la Banque mondiale et la Confédération internationale des villes, sur le thème «La stratégie de développement de la ville du Kef».

Il s’agit d’une phase d’évaluation des propositions élaborées par la commission chargée de définir les contours des actions à entreprendre lors de la prochaine étape en vue de promouvoir le cadre de vie de la population, de favoriser une intégration des cités populaires ceinturant la ville dans le périmètre communal et de les doter d’outils de performance en matière de services communaux (eau, assainissement, électricité, éclairage public, voirie, etc.)


Au moins une quarantaine de projets ont été retenus pour la mise en œuvre rapide de cette stratégie qui, au demeurant, intègre quatre grands projets de développement urbain portant appui à trois cités de la périphérie (Chrichi, Sidi Mansour et Fej El Kharrouba). Le débat a été long à ce sujet d’autant plus que la société civile est venue apporter un net soutien à ce projet qui devrait, à terme, faire de l’ancienne Sicca Veneria à la fois un phare culturel et un point d’attraction pour le tourisme culturel.


Le représentant de l’Institut de développement des villes arabes s’est dit rassuré de l’avenir de la ville au cas où la stratégie retenue serait mise en place. Bessem Badri a, en effet, expliqué que la ville du Kef est en passe de devenir un point de rayonnement en Tunisie, surtout que plusieurs instances internationales ont accepté de lui prêter main-forte à l’image de la Banque mondiale qui va, dans un premier temps, débloquer près de 500 mille dinars pour soutenir le financement des études techniques des projets retenus. D’autres fonds pourraient être plus tard servis soit à titre de donations ou de prêts, ce qui est, dans tous les cas de figure, une illustration de la volonté de cette instance financière mondiale d’envergure d’apporter un appui à l’action municipale dans cette ville du Nord de la Tunisie, connue pour son ouverture et son brassage culturel.


Le premier responsable de la municipalité, Facel Hédhili, s’est dit lui aussi confiant quant à l’avenir de la ville tant la stratégie a pris soin de ne rien négliger dans la promotion du cadre de vie, avec en point de mire la lutte contre la précarité et les inégalités entre les cités, ce qui a requis les faveurs de l’Institut arabe de développement des villes et le soutien de la population.


En attendant, une vingtaine de millions de dinars ont été déjà sollicités pour 2012 et 2013 pour la mise en place de nombreux projets de développement infrastructurels, dont certains ont d’ores et déjà été mis en place à l’image du projet de consolidation du matériel roulant qui a permis d’acquérir plus de 236 poubelles et un camion avec une benne tasseuse.
Tout autre appui serait le bienvenu !

 

Auteur : Jamel TAIBI

 








 








 
















Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *