fbpx
LOADING

Type to search

Musée de Skanès, un palais à la mémoire du leader Bourguiba

Share



Situé en plein cœur d’un grand parc sur la baie de Skanès Monastir, le palais présidentiel du leader Bourguiba est l’œuvre de l’architecte O.C.Cacoub. Véritable bijoux architectural appelé également palais du marbre, l’édifice est d’une surprenante harmonie reflétant le goût et le style de l’architecte et la finesse du décorateur Rapahel. Achevé en 1963, le palais séduit le visiteur par sa pureté formelle et conserve aujourd’hui son caractère moderne.

Classé le 29 juillet 2002 et mis à la disposition du ministère de la culture avec un budget de 2 milliards géré par la société d’études et d’aménagement Skanès Monastir –SEASM-, le palais était le sujet d’un projet de restauration et de mise en valeur dirigé par le département d’architecture de l’Institut National du Patrimoine.
L’un des desseins du projet était de permettre au palais, laissé à l’abandon pendant plusieurs années, de raviver la mémoire du leader et lui rendre hommage.


Trois objectifs ont résumé les impératifs d’interventions :



  1. Le premier était de convertir la partie d’habitation du palais en un musée du vécu de Bourguiba


  2. La deuxième intervention est la réalisation d’un centre de documentation international


  3. La troisième et dernière tranche mettre l’accent sur l’aménagement paysager

Pour mener à bien ces opération et respecté l’enveloppe budgétaire restreinte allouée au projet, la solution la plus adéquate et la plus économique était de faire exécuter les travaux du génie civil par l’INP (travaux en régie) et d’attribuer les travaux des lots spéciaux (électricité et fluides) aux entreprises par appel d’offres.
Les études ont débuté en 2003 par les relevés, les diagnostics et la réflexion sur la mise en valeur du bâtiment.
La première impression quand on découvre le bâtiment, c’est le souci du détail observé au moindre recoin du palais. Il en résulte ainsi une harmonie entre plans, élévations et volumétrie.
Celle-ci se résume en une imbrication de deux formes géométriques simples (un cube et un parallélépipède).

Un grand cube de 38m de coté et qui s’élève sur trois niveaux tout en marbre, abrite dans sa partie bâtie en L la partie noble. On y trouve :



  • au RDC : un salon marocain, un salon VIP, un bureau


  • au premier étage : chambre du président, chambre de madame, le bureau du président, 2 salles de bain, un espace pour l’infirmerie, un prestigieux salon, une grande salle à manger et une cuisine de finition


  • à l’étage intermédiaire : la suite de Hajer


  • le dernier étage : la terrasse

Ce cube comporte également des galeries couvertes et ouvertes qui accentuent la volumétrie du bâtiment tout en gardant une transparence et une vue sur un magnifique paysage et notamment sur la mer.
Cet imposant volume est surmonté par une belle terrasse couverte en partie par une toiture de forme souple pour alléger le bâtiment.


Les travaux entrepris dans cette partie, à fin d’abriter le musée du vécu de Bourguiba ou « Beit Bourguiba » inauguré le 06 avril 2013 sont multiples. Ils se résument essentiellement en la remise aux normes des réseaux d’électricité et de fluides, remise en état de la menuiserie en bois et en aluminium, réparation des stores mécanisés, lustrage de la totalité du marbre sol et murs, restauration des faux plafonds en bois et en plâtre.


Coté muséographie, le département de muséographie de l’INP s’est chargé de la conservation de la décoration et du mobilier existant, l’agencement des objets appartenant à Bourguiba trouvés dans la cave du palais présidentiel de Carthage et la mise en place du circuit de visite.

L’autre partie, occupée autrefois par les anciennes cuisines inscrites dans un long parallélépipède (60m/8m), est sujet d’une reconversion en un centre de documentation pour les chercheurs spécialisés dans les études de l’esprit Bourguibiens. Il sera doté de milliers de documents, d’études et de recherches et s’achèvera vers la fin de l’année 2013.
Les travaux de plus grandes envergures ont été entrepris dans cet aile du palais à savoir une restauration de la toiture en forme de voutes successives, le coulage d’une nouvelle chape, la mise en place de nouveaux sanitaires et le réaménagement de l’espace qui abritera une salle d’exposition temporaire, une salle de documentation et de consultation et une salle de projection…


La dernière intervention, et pas des moindres, est l’aménagement paysager et la restauration des fontaines. Cette opération sera menée en collaboration avec les autorités turques qui interviendront pour financer cette tranche sachant que les études ont déjà été élaborées par le département d’architecture de l’INP. Les travaux sont prévus pour l’année 2014.

 








 



 




Auteur : Yousra Mahouachi Zalila

 















 










 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *