fbpx
LOADING

Type to search

QATARI DIAR : du tourisme de masse au tourisme de luxe ?

Share



Il est indéniable que la qualité de vie de nos villes est intimement liée à celle de nos paysages urbains. En effet, l’architecture n’est-elle pas le reflet de la culture de notre société?
L’architecture de nos espaces publics souffrant trop souvent d’éclectisme, voire de schizophrénie, a engendré des bâtiments qui tentent souvent, des manières les plus superficielles, maladroites et primaires, à résoudre le fameux compromis entre un langage architectural contemporain et arabo-musulman traditionnel, en saupoudrant des détails architectoniques arabo-musulmans dans des volumes monumentaux vitrés au fameux verre fumé, dits “high-tech”.


La politique tunisienne du tourisme de masse  y aidant, a longtemps encouragé à construire un minimum de confort accessible aux catégories socio-professionnelles moyennes, peu exigeantes en terme de qualité architecturale. Dès lors, ceci a largement contribué à dévaloriser l’image de nos villes, et par voie de conséquence, à stagner quelque peu, l’économie du secteur touristique.



Aussi, parait-il primordial, aujourd’hui, de mettre un terme à la qualité médiocre et redondante de l’architecture de nos bâtiments, construits à l’image grossière de l’ancien régime.


Voici, à notre grande surprise, que débutera incessamment le chantier d’un méga projet touristique à Tozeur, initié par le groupe Qatari Diar, sur un terrain de 40 hectares, placé au bord de la route reliant Tozeur à Nefta.
Un resort de 5 étoiles comprenant 60 suites luxueuses, des centres de soins et de remise en forme SPA, plusieurs restaurants, des locaux commerciaux, des courts de tennis, des salles de conférences, un théâtre romain et une tente au style arabe, composeront ce nouvel espace digne du tourisme de luxe de Marrakech.

 



Quant à l’architecture elle, sobre, pure, élégante, à l’échelle humaine et non monumentale, mais surtout authentique, a de fortes chances de valoriser le paysage urbain de Tozeur et d’améliorer le standing de notre ville touristique. Les matériaux utilisés sont locaux, brique réfractaire du Djérid, terre cuite,  bois de palmier. Leur emploi dénote d’un réel souci d’intégration dans le site. Par la même occasion, ils  garantissent la beauté du cachet architectural de la région.


Cette beauté a bien entendu  un prix. Pour l’instant, ni l’Etat tunisien ni nos investisseurs, n’ont encore franchi le pas d’investir à long terme sur des espaces touristiques de cette taille, et encore moins de cette qualité architecturale.
C’est donc le groupe Qatari Diar de “Qatar Investment Authority”, fonds souverain de l’Emirat, qui a pris l’initiative de concevoir un projet de tourisme de luxe novateur dans notre pays, en coopération avec l’état tunisien.

 



Selon les maitres d’ouvrage, le coût approximatif du projet s’élève à  80 millions de dollars. Ce lourd investissement sera largement amorti par le dynamisme économique qu’il est à même de réaliser aux alentours de la région saharienne de Tozeur. De plus, ce ressort compte recruter des centaines d’employés issus du Djérid et participera ainsi, à y diminuer le chômage, encore bien persistant dans la région saharienne.


En espérant que cette initiative encourage notre Etat et nos hommes d’affaire tunisiens à construire des projets de manière autonome, valorisant l’image de nos paysages urbains, voici des images choisies pour vous, de ce prestigieux resort.


Auteur : Zeineb Enneifer



Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *