fbpx
LOADING

Type to search

Quand renaissent la mosaïque et la céramique tunisiennes

Share



Financé par l’Union européenne, piloté par l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), un ambitieux programme de développement des industries culturelles et créatives dans le sud de la Méditerranée vient de voir le jour.

Entre El Djem et Nabeul

Ce projet consiste à développer des clusters dans lesdites industries et à soutenir le développement des entreprises agissantes dans le domaine du patrimoine.

En Tunisie, ce projet s’intéresse essentiellement aux arts de la table à Nabeul et aux mosaïques d’El Djem. Ce choix a été effectué après une lente maturation et un processus d’essence participative.

C’est en juin 2014 que le projet de soutien aux entreprises patrimoniales a démarré en Tunisie. La première étape a pris la forme d’une cartographie des entreprises tournées vers l’artisanat et la création. Cet effort a ensuite mené à un appel à candidature aux entreprises intéressées par un soutien du projet de l’ONUDI.

Un groupe de 24 candidats a débouché sur le choix de deux entreprises dans les domaines de la mosaïque à El Djem et des arts de la table à Nabeul.

Vers l’horizon 2017

Début février 2015, des missions d’experts ont permis d’analyser terrain, marché et industrie de ces domaines avant de passer à l’étape suivante. Celle ci a pris la forme d’une analyse stratégique définissant les objectifs à réaliser.

A partir du mois d’octobre 2015, c’est au tour d’un plan d’action d’être mis en place et exécuté avec les entreprises sélectionnées. Le projet devrait maintenant se poursuivre pour 18 mois, jusqu’en décembre 2017, sous la houlette de Talel Sahmim, coordinateur national.

Cette vaste opération qui devrait remettre à l’honneur et insérer dans le marché des entreprises du patrimoine pourra également contribuer à la sensibilisation des autorités publiques en matière de développement des clusters dans les industries culturelles et créatives.

Plus largement, la réussite de ce projet pourrait devenir le socle d’une renaissance harmonieuse de l’artisanat tunisien aussi bien en matière de créativité qu’au niveau de la mise en marché.







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *