fbpx
LOADING

Type to search

Rencontre académique et point de presse sur la formation et le rôle de l’architecte

Share



Mercredi 26 juin 2013, une rencontre académique et un point de presse sont organisés au sein de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme (ENAU). L’initiative est celle de l’Ordre des Architectes Tunisiens (OAT) et de l’ENAU et l’invitation est pour le moins surprenante et originale. Et pour cause, les deux organismes ont pris la décision de sortir de leur silence pour répondre aux graves accusations lancée par le ministère de la santé le 08 juin 2013.

L’histoire avait fait le buzz sur les réseaux sociaux. En début du mois de juin, questionné sur le retard de constructions des structures hospitalières, le ministre de la santé Abdellatif Makki n’a pas manqué de blâmer les architectes Tunisiens évoquant leur manque de compétence dans tout ce qui est relatif au domaine de l’architecture hospitalière.

 

Ne voulant pas mettre de l’huile sur le feu, L’OAT et l’ENAU ont choisi la réponse académique. Une telle incompréhension ne peut se résoudre qu’à travers le dialogue. Expliquer ce qu’est réellement le «métier de l’architecte» était le but de ce point de presse. Mercredi 26 juin 2013 donc, devait réunir des journalistes, des représentants invités des ministères de l’Equipement, de la Santé, et de l’Enseignement Supérieur. Le dialogue devait tourner autour de la question du métier de l’architecte. Et le programme de la matinée était axé sur la présentation de travaux de recherches et de doctorats relatifs à l’architecture hospitalière.

 

Un premier pas vers le dialogue mais point suffisant, puis qu’aucun représentant des ministères cités dessus ne s’est présenté à ce point de presse. Ils n’ont malheureusement pas pu prendre conscience que la formation d’architecte à l’école nationale d’architecture et d’urbanisme en Tunisie, englobe toutes les spécialités confondues y compris l’hospitalière et que des travaux de recherches, de mémoires et de doctorats ont déjà été faits sur le sujet. Ils n’ont malheureusement pas pu répondre à l’appel de l’OAT et l’ENAU de travailler ensemble sur des formations dans plusieurs spécialités. Le ministère de la santé a manqué cette occasion d’expliquer les propos dits par monsieur Mekki et de présenter les conditions de travail et les personnes impliquées dans les projets de construction des équipements sanitaires. Gageons que la prochaine main qui leur sera tendue soit prise «en compte».

 


 


 


Auteur : R.K










 




 





 






Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *