fbpx
LOADING

Type to search

Selima Ladari
Architecte et urbaniste

Share

Diplomée en 2006 de l’Ecole d’Architecture de Paris La Villette, Sélima Ladari a exercé dans plusieurs agences parisiennes de renom, travaillant sur une série de projets urbains et architecturaux en France et ailleurs.
“Portée par l’élan démocratique qu’a insufflé la révolution tunisienne”, elle rentre en Tunisie en juillet 2011. Elle intègre dans un premier temps, Oger International en tant que responsable d’études où elle gère un projet d’envergure BIM tous corps d’état.
En février 2014, Selima Ladari lance sa propre agence, In Between, dans l’idée de développer des projets qui vont de la petite échelle à l’échelle du territoire. Elle mène des projets d’habitation et d’écoles et lie un fort partenariat avec l’agence parisienne Poliscope.
Sélima Ladari fonde aussi avec ces partenaires, un collectif de professionnels pluridisciplinaires, « Regards Croisés sur le Projet Urbain », s’intéressant à la fabrique de la ville et portant une attention particulière à l’habitat et au territoire tunisien. Elle collabore régulièrement avec la SCET-Tunisie et avec la Banque Mondiale, où elle fait valoir une expertise technique dans le domaine de l’éducation en Tunisie et à Djibouti. Elle travaille également en partenariat avec la designer Violette Nouailhac, pour développer une gamme de mobilier extérieur.

Qu’est ce qui fait la force d’un projet architectural selon vous ?
Le projet est l’occasion de fabriquer un lieu de vie en adéquation avec les pratiques des usagers et avec celles d’un quartier. Mais il est avant toutes choses, le fruit d’échanges humains et techniques. Il germe grâce à des échanges profonds, techniques et riches avec mes partenaires-amis. Le travail est toujours basé sur le partage, des échanges, sur des regards particuliers pluridisciplinaires qui vont de l’échelle de la cellule à celle du territoire. Je reprendrais donc les mots de Giancarlo Di Carlo en disant que « l’architecture naît d’un dialogue permanent entre la forme l’usage, la matière et …» les esprits !
(ndlr : De Carlo utilise le mot « esprit » au singulier)

Vous semblez donc évoquer des rencontres et des relations privilégiées sans lesquelles votre parcours ne serait pas le même.
Tout à fait. L’accompagnement de mes « partenaires-amis » a été déterminant. Philippe Fabre, Rahman Elezi, Claire Gasse m’ont beaucoup soutenu dans la création de In Between et dans mes réalisations pour poursuivre le travail que nous avions entamé à Paris sur des projets urbains et architecturaux d’envergure. Il y a aussi Céline Mercier, ma binôme à l’école ; Ensemble, nous travaillons sur la relation entre la pédagogie et l’infrastructure et nous avons eu la chance de mettre à profit nos expériences sur un projet ambitieux de l’école Jean Jaurès. Il y a également Violette Nouhailec, designer écrivaine d’une grande sensibilité, avec qui je développe une relation très particulière pour lancer, bientôt je l’espère, une gamme de mobilier extérieur. A Tunis, j’ai développé d’autres relations fortes avec des confrères, des ingénieurs et surtout avec mon principal collaborateur Nabil Gabsi, avec lequel j’ai pu développer, grâce à sa rigueur, des projets de manière détaillée et précise.

Parlez-nous de votre expérience à Paris.
Avant In Between, j’ai vécu une expérience humaine très stimulante en travaillant sur le projet urbain. Ma vie professionnelle a démarré à Paris dans des structures renommées comme l’agence Castro, l’agence Buffi et Ama architecture. Ama architecture m’a confié un projet d’envergure internationale : « urbanité à La Défense ». Nous étions en concurrence avec des stars comme Rem Koohlas. Avec des grands noms de l’architecture, de la scénographie, du paysage nous formions une belle et grande équipe, les échanges étaient passionnants et nous avons remporté le projet. Après cette expérience, nous avions enchainé sur des projets de très grandes échelles en France et en Chine. Nous avions remporté notamment le concours de la 3ème ville franche Hengquin.
Les réflexions étaient très riches et multiples. Ce que j’ai retenu du projet urbain est que l’appréhension de l’échelle urbaine et du territoire se fait de la même manière que celle du bâtiment.

C’est donc en revenant à Tunis que vous avez fondé In Between. Comment en définissez-vous l’approche ?
De retour à Tunis en juillet 2012, portée par les couleurs de la « révolution du jasmin », j’ai d’abord intégré Oger international puis j’ai monté ma structure en février 2014. L’architecture de In Between s’est élaborée à partir de notions fondamentales telles que : asseoir, intégrer, hiérarchiser, fluidifier et relier, en concevant essentiellement des maisons contemporaines inspirées des maisons traditionnelles.
Il y importe avant tout, de prendre en compte les usagers et le mode d’appropriation des espaces dessinés dans une maison. L’objectif n’est pas de faire de l’architecture avec un grand A mais de définir un lieu de vie dont la forme et la qualité lumineuse favorisent l’appropriation.
Pour chaque maison, le travail porte aussi sur la relation entre les différents espaces qui la composent la maison et sur la relation dedans/dehors. Il ne s’agit pas de tout ouvrir sur l’extérieur mais de trouver un lien entre eux, à travers la forme, la lumière et les usages.
Pour avoir la meilleure performance environnementale possible, la conception optimise l’efficacité énergétique, en portant une attention toute particulière à l’orientation des pièces et à leur éclairement naturel, au choix des matériaux, en intégrant des doubles cloisons et des fenêtres avec rupture de pont thermique.
Les variations entre les maisons naissent de la fusion entre la méthodologie développée et les rêves et envies des clients. Le jour où les clients s’emparent du projet c’est que nous avons réussi notre mission. On essaie tout de même de les accompagner jusqu’au dessin de la poignée de porte… On n’y arrive pas toujours !

Article paru dans Archibat n°47 – Août 2019

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *