fbpx
LOADING

Type to search

TabarkaEnfin un comité de réflexion…

Share



A chaque fois qu’on a parlé de la région de Tabarka, on a toujours retenu le besoin urgent de cette région de disposer d’une structure locale de réflexion, qui soit en mesure de répondre ainsi aux attentes réelles de sa population.
Justement, malgré l’importance des investissements consentis, notamment touristiques, au niveau de la ville du corail, la majorité des projets ou presque ont été voués à l’échec. Faute certainement d’une bonne évaluation et d’une meilleure adaptation aux spécificités de la région.

Toutefois, depuis quelque temps, les choses commencent à connaître une certaine amélioration. C’est qu’un petit comité, regroupant en grande partie les jeunes cadres de la ville du corail, vient d’être constitué avec la mission prioritaire de prospecter et d’identifier les projets qui peuvent servir concrètement la région, autrement dit les projets rentables.
Et c’est ainsi que les premières réunions de cette nouvelle structures semblent plutôt positives. En effet, une série de projets viennent d’être identifiés et qui ont concerné surtout les secteurs phares de la région: le tourisme, l’agriculture et l’industrie.
Au niveau du premier secteur, les projets proposés ont porté essentiellement sur l’aménagement d’un nouveau port de plaisance qui reflète convenablement le potentiel réel de la région. Justement, l’actuel port est encore loin de satisfaire une demande de plus en plus importante de plaisanciers. Il est vrai, en effet, que faute d’une bonne stratégie de commercialisation, le port de la ville n’arrive pas encore à apporter le plus tant espéré. D’ailleurs, l’on pense qu’une cession de ce port aux privés pourrait contribuer à sa relance.
On a évoqué également le besoin d’étendre la zone touristique vers l’aéroport de Tabarka avec le souci de dynamiser davantage l’activité au niveau de cette zone. Une activité qui est restée, depuis des années déjà, trop timide. Reste que pour réussir cette orientation, il est nécessaire de faire appel à des investisseurs qui soient capables de bien conduire les projets à haute valeur ajoutée. Dans cette même perspective, il serait important, comme le retient d’ailleurs le comité de réflexion, de développer de nouveaux modes de logements. On pense surtout aux gîtes ruraux, les maisons d’hôtes ou encore les niches, sans parler de la promotion du camping et caravaning.


Des sites à revaloriser


Le comité donne aussi la priorité aux investissements dans les projets de loisirs et d’animation. Un volet qui a toujours constitué, malgré toute son importance, le maillon faible de la ville du corail.
Au niveau agricole, la priorité a été accordée à la modernisation du secteur à travers surtout l’introduction des technologies nouvelles. Une telle orientation est d’autant plus importante qu’elle aurait pour mérite de diversifier la production agricole et surtout garantir sa valorisation.
Reste que pour relever ce défi, l’on ressent le besoin de renforcer les actions de partenariat, notamment avec les pays européens, pour tirer profit de leur savoir-faire et de leur expérience.
D’un autre côté, l’introduction de nouvelles branches et de nouvelles spécialités à l’Institut supérieur des forêts de Tabarka est, somme toute, d’une importance capitale. Toutefois, ces spécialités doivent être bien adaptées aux spécificités agricoles de la région.
Et ce n’est pas tout. Tenant compte en effet de l’importance du potentiel agricole de la région, la nouvelle structure de réflexion a relevé toute l’importance de développer l’industrie agroalimentaire. Et c’est surtout la transformation qui est la plus ciblée.
Le secteur de l’industrie n’a pas été de son côté totalement omis. On propose ainsi le lancement de nouvelles unités industrielles, notamment dans les secteurs du textile-habillement, et des industries mécaniques et électriques.
Par ailleurs, le comité de réflexion s’est penché sur le volet commercial, peu dynamique jusque-là. Il est question de favoriser l’implantation des grandes surfaces, en raison de l’importance de la demande.
L’instauration d’une zone de libre échange a été également au menu des propositions, surtout si l’on tient compte de l’importance de la proximité de la ville avec l’Algérie.
L’on reconnaît toutefois que, malgré toute leur importance, les projets proposés ont besoin plus que jamais d’un environnement favorable, ce qui suppose une certaine revalorisation des principaux sites de la ville. On pense surtout au fort génois ou encore aux aiguilles qui connaissent actuellement une dégradation préoccupante, alors qu’ils ont constitué autrefois et pour longtemps des arguments de commercialisation de taille.

 

Auteur : Anis SOUADI

 















 










 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *