fbpx
LOADING

Type to search

Table ronde : « les ports en Méditerranée : regards croisés, Tanger-Tunis-Marseille-Gênes. Le renouveau dans le rapport ville-port, une nouvelle page de l’histoire urbaine, patrimoniale et territoriale ? »

Share



Tunis le mercredi 26 septembre à l’Institut Français de Tunis, 18-20 heures
A l’occasion du deuxième atelier métropolitain sur le Grand Tunis à destination des cadres de l’aménagement du pourtour méditerranéen qui aura lieu du 23 au 26 septembre 2018 par l’AVITEM, l’AFD, la GIZ et la Banque Mondiale – CMI, sera organisé une table ronde ouverte au public à l’Institut Français de Tunis.

La
table ronde a comme ambition de mieux cerner le renouveau des rapports
villes-ports et de d’interpeller dans ce nouveau contexte les politiques
d’aménagement du territoire et les stratégies portuaires.

De
façon assez générale, les espaces portuaires longtemps « dérobés à la
ville » s’ouvrent pour se transformer en nouveaux quartiers urbains, de
grande qualité- Hambourg, Marseille, Tanger, Gènes, etc. L’aménagement
devient un enjeu essentiel de l’activité portuaire qui contribue à
l’équilibre économique par la vente de droits à construire mais
également à la capacité d’innovation des ports sur de nouveaux créneaux
comme les énergies renouvelables, les mobilités électriques, etc. Dans
ce contexte, la dimension patrimoniale  prend un double sens, la
sauvegarde d’un patrimoine portuaire de grande valeur, comme dans le cas
de Carthage et la production d’un patrimoine contemporain qui joue avec
la reconversion des bâtiments portuaires. Dans les deux cas, les
impacts culturels et touristiques sont majeurs, potentiellement
amplifiés par les activités de croisières.

Dans le même temps,
les contraintes de la ville et les évolutions de l’activité containers
amènent à délocaliser les nouveaux ports en eaux profondes,
reconfigurant ainsi des territoires de flux aux échelles
métropolitaines, voire régionales et re-questionnant les politiques
publiques d’aménagement du territoire, notamment dans les  mobilités
intermodales.

Enfin, la relation entre citoyens et ports se
complexifient face à des exigences environnementales et sociales de plus
en plus affirmées. Les Ports engagent un processus de reconversion «
éco-port » et d’accompagnement aux nouveaux emplois (politiques de
formation). Ils pourraient ainsi passer du statut de pollueur à celui
d’acteurs de la reconversion durable des territoires dans les deux
dimensions de l’écologie et du social.

Intervenants :

A confirmer : Jamal Mikou, Port de Tanger Med ;

Confirmé : Alberto Cappato, Directeur, Porto Antico, Gênes ;

Confirmé : Inès Dahmouni Mimita, Architecte spécialiste des ports à Tunis

Confirmé : Sami Battikh, Bureau de MedPorts, Président Directeur Général de l’Office de la Marine Marchande et des Ports Tunis

Animateurs
:  Marie Baduel, Directrice Stratégie AVITEM et Amine Benaissa,
Architecte -Professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris.

Le débat sera organisé en trois temps :

Un
renforcement de l’association ville-port, quels impacts pour les
territoires ? Le port devient aménageur des centres-villes :
généralisation des opérations d’aménagement, tertiarisation de
l’économie, gestion patrimoniale et culturelle. Cette évolution tient à
une évolution des activités et du modèle économique des ports.

Une
nouvelle distanciation entre ville et port, quels impacts pour les
territoires ? Les contraintes spatiales et l’évolution des flux
portuaires exigent des conditions de fonctionnement particulières. En
conséquence, des projets de construction de Ports en eaux profondes
voient le jour, éloignés des centres-villes mais en connexion avec les
zones urbaines. Ainsi , les ports deviennes des moteurs de
reconfiguration des espaces territoriaux, mettant en scène des espaces
métropolitains (Tanger-Med), voir même régionaux (Région grand est de la
Tunisie).

Les Ports et le développement durable, une équation
encore difficile ? Impacts environnementaux et sociaux, les citoyens y
sont de plus en plus sensibles . Dénonciation des pollutions air,
marine, sol et manque de visibilité sur les retombées en termes
d’emplois… Les règlementations et les projets en cours laissent
envisager une évolution positive en terme environnemental et les emplois
portuaires mutent au profit d’une grande diversité et palette de
compétences.

  • une vidéo présentant notre cycle de séminaires :

  • une vidéo que nous avions tournée l’année dernière à Tunis :



Port de Radès – Tunis

Port de Marseille

         Port de Gênes


Port de Tanger

Partenaire Presse : Revue ARCHIBAT

 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *