fbpx
LOADING

Type to search

Tunis-Habitat : Beaucoup de Tunisiens peu et mal logés!

Share



La journée arabe de l’habitat a été marquée en Tunisie par une concertation nationale sur la nouvelle stratégie de l’habitat.
Ces assises se tiennent à un moment stratégique où le secteur de l’habitat fait encore face à de multiples défis notamment avec la montée en flèche du nombre d’habitants pour s’établir à 10 millions 982 mille 754 habitants actuellement contre 9 millions 910 mille 900 habitants en 2004.


Le chiffre demeure préoccupant étant donné que le nombre des logements créés est encore limité, soit 3 millions 289 mille 903 unités, d’après le recensement général de la population et de l’habitat pour 2014.

220 000 ménages incapables d’accéder au logement

Le nombre des logements a évolué de 2,78%, mais la situation est de plus en plus critique puisque 220 000 ménages se trouvent aujourd’hui incapables d’accéder au logement dans les conditions normales de financement. Les analyses développés ont montré, d’une part, que cette catégorie n’a pas accès au crédit bancaire, et d’autre part, qu’elle n’est pas concernée par les programmes publics qui, à l’instar du FOPROLOS sont destinés à la classe moyenne.

Une vérité qui a poussé la défunte troïka à s’engager dans la réalisation du programme de construction de logements sociaux à travers le pays.

Malgré son importance et les promesses données à travers ce projet dont le coût est estimé à 1400MD, ce programme a suscité une vive polémique liée à des soupçons d’abus de pouvoir d’Ennahdha qui ont plané sur l’affaire. Constat : un échec au niveau de La réalisation et peu de logements ont été créés.

Vers de nouvelles perspectives

Pour remédier à cette situation, le ministère de l’Equipement a choisi d’entamer une nouvelle stratégie afin de promouvoir ce secteur stratégique qui contribue à hauteur de 2,3% du PIB. En effet, les données de 2012 montrent que 11% de la consommation intermédiaire totale est destinée au secteur du bâtiment et génie civil (BGC), selon une étude réalisée en septembre dernier sur le thème “Pour une nouvelle stratégie de l’habitat, diagnostics et recommandations».

Cette étude a été élaborée par un ensemble d’experts qui se sont chargés de réaliser des études profondes consistant également en l’examen du cadre économique global du secteur de l’habitat tout en évaluant les primes publiques dans ce domaine. Ajoutons à cela la capacité des familles tunisiennes à disposer de logements.

Plusieurs recommandations ont été formulées pour faire face à de nombreuses entraves relevées. On cite la pénurie de terrains constructibles, l’absence de promoteurs immobiliers actifs et la lenteur de la révision des plans d’urbanisme, la hausse vertigineuse des prix des matériaux de construction sans oublier les contraintes techniques et de marketing, le faible accès aux innovations technologiques, les difficultés avec les concessionnaires publics et l’administration locale.

Des entraves qui ont poussé les auteurs de l’étude à redessiner le positionnement l’Etat estimant qu’il doit jouer son rôle de régulateur pour ajuster l’offre à la demande de logement social et de logements à prix modéré.

Ceci ne pourrait se faire qu’à travers la redéfinition des missions tout en révisant la stratégie des quatre opérateurs (la SNIT, l’AFH, la SPROLS et l’ARRU). D’après la nouvelle stratégie, ces orientations doivent être nécessairement accompagnées par une restructuration sociale au sein de l’entreprise.

Pour le secteur privé, l’étude préconise la révision vers la hausse de la TNB pour qu’elle soit plus dissuasive tout en consolidant les incitations fiscales octroyées aux PIP du social aux niveaux de l’enregistrement des terrains et l’exonération (expérience marocaine). Parmi les autres propositions, l’accent a été mis sur l’importance d’indexer les prix administrés pour les logements Foprolos au cours des prix.

L’ouverture de nouveaux horizons dans le domaine de l’habitat dans au moins trois directions figure parmi les autres suggestions. Il s’agit également de la multiplication des opérations dans les régions intérieures, l’aménagement et la viabilisation de terrains à grande échelle et la création de villes nouvelles.

L’accent a été aussi mis sur la mise en place d’un marché hypothécaire. Pour réaliser cet objectif, il faudra développer sur le marché financier, parallèlement aux transactions sur les valeurs mobilières, un marché sur les valeurs immobilières, en plus des actions proposées par ailleurs pour améliorer le système de financement

Parallèlement, l’étude a aussi jugé utile d’élargir les possibilités de crédits notamment en direction des plus faibles, grâce aux nouvelles ressources dégagées par le marché hypothécaire et à la bonification des taux d’intérêt pour les populations démunies. S’y ajoute la révision du système de planification urbaine.







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Next Up