fbpx
LOADING

Type to search

Tunisie: Les Borjs, anciennes habitations de Sfax, menacés de disparition

Share



Les Borjs, ou anciennes habitations à Sfax, ont enregistré une régression importante durant les dernières années sous la menace d’une expansion urbaine anarchique.
Un cri d’alarme “sauvons les Borjs” a été lancé par l’historienne de l’Institut National du Patrimoine Sihem Kallel Ben Amor, qui dénonce la transformation de certains borjs en locaux pour des activités industrielles polluantes.

L’experte a souligné l’urgence d’identifier l’emplacement géographique où se trouvent les Borjs et d’archiver des photos de ces bâtiments sur supports numériques dans une base de donnée spécialisée.

Les dangers qui pèsent sur les Borjs menacent aussi de disparition un palette de métiers et de savoirs traditionnels qui étaient autrefois intimement liés à ce style architectural des habitations traditionnelles à Sfax. Il s’agit en particulier des ustensiles de cuisines, des instruments agricoles ou encore des éléments de décorations, les meubles et les costumes traditionnels, qui sont autant de composants reflétant des aspects du mode de vie traditionnel des familles sfaxiennes.

Un dossier devrait être remis à la commission nationale du patrimoine pour adopter des mécanismes de protection et les procédures prévues par l’article 4 du code du patrimoine qui classe les Borjs comme monuments historiques afin de les protéger de tout acte de destruction ou de détérioration.

Les Borjs, porteurs d’une histoire riche en souvenirs et en traditions, reflètent l’attachement fort des Sfaxiens à leur région. Ces sentiments ont été affirmés lors de la tournée culturelle à travers les 13 borjs qui se dressent encore dans la région de Sfax, organisée par l’association des amis des arts plastiques de Borj Kallel de Sfax pour sensibiliser aux dangers qui menacent d’extinction ces monuments architecturaux.

“Des maisons de campagne forts agréables”

Bâtis comme des citadelles avec de hautes murailles, les Borjs sont apparus au 17ème siècle avec l’émergence dans la société sfaxienne des résidences secondaires pour la saison d’été et le printemps.

Ces traditions ont été rapportées par des historiens, dont Mahmoud Meghdish, ou les récits d’anciens voyageurs tels que Desfontaines qui avait écrit “que les citoyens les plus riches passent une partie de l’année dans leurs jardins où ils ont des maisons de campagne forts agréables”.

Etant au départ un privilège réservé aux grandes familles sfaxiennes, cette pratique est désormais dans les habitudes d’une grande partie des Sfaxiens.

Le Borj est généralement situé au milieu d’un grand jardin avec une forme carrée et des murs épais de pierre en haut desquels on retrouve de petites fenêtres préservant du froid en hiver et de la canicule en été. Ces habitations disposent d’une seule grande entrée sous forme d’arcade. Le toit en dôme est réalisé avec des briques fixées avec du plâtre sous la forme d’une carapace de tortue. Les techniques de construction des toits ont évolué pour utiliser désormais le bois.

L’art architectural des Borjs a connu trois étapes historiques inspirées du modèle des habitations traditionnelles des vieilles villes arabes. Ces habitations se distinguent par un grand patio au milieu avec des façades décorées de carreaux de faïences et de marbre dont les dessins rappellent ceux de l’architecture mauresque.

Ce modèle architectural est aujourd’hui reproduit, dans une certaine mesure, dans les habitations modernes et constituent une source d’inspiration pour les architectes et les décorateurs d’intérieurs dans la région de Sfax.
Des associations œuvrent également à préserver les borjs et à les inclure dans le dossier de candidature de Sfax à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette revendication a été fortement clamée par l’experte en patrimoine Samia Akrout, qui a appelé à intégrer les borjs dans le paysage architectural de la région de Sfax et ses plans d’urbanisation.

Ces efforts seront encore plus visibles lors de la célébration de Sfax capitale de la culture arabe, de l’ALECSO en 2016.







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *