fbpx
LOADING

Type to search

Vers l’Assemblée Mondiale des Habitants et au delà

Share



La ville de Tunis accueillera du 26 au 30 mars, dans le cadre du Forum Social Mondial, la prochaine Assemblée Mondiale des Habitants, soutenue par les réseaux internationaux et organisations d’habitants, notamment l’AIH, HIC et No-Vox, en collaboration avec les organisations sociales locales. Tout le monde est invité à participer à cette étape fondamentale du processus de convergence des luttes pour le droit au logement, à la ville, à la terre et aux biens communs, développement de l’AMH de Dakar 2011 et d’une année riche en occasions de faire entendre la voix des habitants au niveau global.

Le défi des habitants : contribuer à résister à la crise pour en sortir par une alternative systémique
Plus d’un milliard de personnes sont mal logées ou sans abri, chiffre en progression dramatique avec 70 millions de personnes menacées d’expulsion en raison de l’impossibilité de payer le coût du logement, des projets d’urbanisme, des privatisations des biens communs, de l’accaparement des terres, des guerres, des choix politiques qui favorisent et exploitent les changements climatiques et les catastrophes. Ces situations pointent du doigt la faillite des politiques néolibérales. Il s’agit d’une crise de civilisation, structurelle, résultant de la mise en œuvre de politiques financières et urbaines subordonnées au capital transnational, marquées notamment par les conséquences dramatiques de l’éclatement de la crise du logement et globale, qui frappe et appauvrit une grande partie de l’humanité dans tous les continents.
Tout cela montre clairement la nécessité d’en sortir par des changements radicaux des paradigmes qui régissent les politiques et nos sociétés, et non par des solutions tampons.
Pour y contribuer, les organisations d’habitants et les mouvements sociaux urbains, élargissant la portée du défi, ont décidé de franchir une étape décisive pour aller au-delà des déclarations et des bonnes pratiques. Le défi est de déterminer des stratégies et des actions collectives, ce qui implique des propositions, un programme, une forme d’organisation et le renforcement d’alliances en vue de changements systémiques et révolutionnaires. C’est à dire, refonder un Pacte Social Urbain sur les droits humains, de l’environnement et la responsabilité des habitants d’être les bâtisseurs et co-gouverneurs, et non les clients-usagers des territoires.


Des initiatives de débat, propositions et luttes des habitants, différentes mais convergentes
A Tunis il y aura une série d’initiatives, de rencontres, d’ateliers, de mobilisations, organisés par les réseaux et les organisations d’habitants dans les espaces du FSM et dans les quartiers populaires, pour alimenter en contenus et en propositions opérationnelles l’Assemblée finale de convergence.
En particulier, compte tenu des problèmes du logement et urbains qui affligent la population de ce pays, bien que le Printemps arabe ait éclaté ici, l’AMH sera aussi un espace utile pour les organisations sociales locales.
Outre l’ouverture et la participation aux initiatives proposées par d’autres, l’AIH participe de cette dynamique fédératrice en organisant avec différents organisations et réseaux :
La « Rencontre internationale : Sortir du marché pour loger dignement un milliard de personnes » , représente une opportunité concrète d’échange, de réflexion et de discussion entre les acteurs qui cherchent à refonder les perspectives de solution à la crise du logement globale-locale à travers le service public et le secteur coopératif. A souligner la proposition des Fonds Populaires, alimentés par les ressources libérées grâce à l’annulation de la dette extérieure des pays appauvris.
La « Rencontre Internationale des victimes des marchés immobiliers » fait suite aux accords pris au FSU de Naples, avec l’objectif de conjuguer les efforts dans la lutte pour affronter de façon solidaire l’insécurité du logement pour des motifs économiques, à savoir les expulsions des locataires, les saisies des propriétaires hypothéqués et les escroqueries immobilières. La Rencontre devrait renforcer la solidarité internationale avec les luttes locales, définir des outils communs d’analyse, d’alerte et de solidarité et produire une déclaration pour indiquer les prochaines étapes.
La « Rencontre internationale : Les luttes pour Zéro expulsions et contre l’accaparement des terres pour soutenir la souveraineté populaire des territoires »vise à échanger les expériences, les stratégies des organisations d’habitants des villes et des campagnes, dont Via Campesina, engagées dans la lutte contre les expulsions dans toutes leurs formes (évictions, déguerpissements, déplacements, accaparement des terres). A cette occasion seront présentés des outils à gérer ensemble, comme le Guide Zéro Expulsions, et un Appel à présenter des cas sera lancé en vue de la session du Tribunal International sur les Expulsions, programmé à Genève lors des prochaines Journées mondiales d’octobre.
La « Rencontre internationale : Vers un réseau Panafricain des organisations d’habitants » , occasion concrète d’échange, de réflexion et de discussion pour favoriser la constitution d’un réseau international des organisations d’habitants en provenance des différents régions de l’Afrique. L’initiative, qui s’appuie sur un processus continu et poursuit les convergences obtenues lors du sommet Africités en décembre 2012 à Dakar, est coordonnée par un Comité de pilotage qui rassemble les principales organisations d’habitants engagées dans les luttes pour le droit au logement, à la terre et aux biens communs dans les différents pays du continent.


L’importance stratégique de l’AMH
L’AMH étant dirigée par des mouvements d’habitants, elle constitue un espace des acteurs qui se battent depuis leurs quartiers, avec leurs programmes et leurs priorités, et donc un investissement politique porteur d’espoir. Pour ces raisons, ces initiatives auront de l’importance non seulement pour le débat et les décisions, mais aussi – et peut être surtout – parce qu’elles favoriseront le développement ultérieur de mobilisations unitaires et propositionnelles dans lesquelles les organisations sociales de chaque pays joueront le rôle principal et compteront sur la solidarité internationale.
Le processus de l’AMH se situe donc dans ce cadre, prônant le rapprochement aux niveaux mondial, régional, national et local des organisations d’habitants et des mouvements sociaux urbains, condition essentielle pour être à la hauteur de ce défi. Un processus qui milite pour la création de la Voie Urbaine et Communautaire, fédérant au niveau mondial des organisations d’habitants et des mouvements sociaux urbains. Un espace et un chemin communs, et non une superstructure bureaucratique, où les réseaux d’habitants, tout en gardant leur indépendance, partagent des expériences, élaborent des stratégies et des plates-formes, renforcent la solidarité avec les luttes g-locales, ont des outils communs.
Une proposition des habitants, ouverte et en construction. Aux autres structures sociales, ainsi qu’aux gouvernements locaux et nationaux progressistes l’invitation à dialoguer pour la réussite de l’AMH et au delà.

 
















 


 














 







Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *