fbpx
LOADING

Type to search

Les Area Architectes
Un collectif au féminin

Share

Créée en 2016, l’agence Area architectes est pluridisciplinaire ; son noyau est constitué de 3 architectes de trente ans qui croient fermement à la complémentarité entre architecture, architecture d’intérieur, design, scénographie et paysage. Azza Settari, Khadija Farah et Zeineb Hariga partagent une vision commune de gestion de projets, issue de leurs expériences antérieures au sein d’agences d’architecture et d’urbanisme réputées.
Au début, la question exclamative « Vous n’êtes que des femmes !? » ponctuait leur quotidien. Cela n’a jamais vraiment affecté leur manière d’exercer l’architecture, mais cela en dit long sur la mentalité dominante ; on s’étonne qu’un collectif puisse se constituer sans penser à intégrer la compétence masculine, « surtout pour le chantier ! »
“Au sein d’un collectif, chaque personne apporte son plus, qu’il soit homme ou femme; chacun à sa manière et avec ses compétences. Le travail d’architecte a constamment besoin de renouveau. Il doit s’adapter à son ère, à son environnement, au contexte socio-économique, aux nouvelles technologies…Le fait d’être une femme dans un domaine « réservé aux hommes » est une phase d’adaptation parmi tant d’autres, cela ne devrait en aucun cas nous freiner. Bien au contraire, c’est même notre force en quelque sorte.”

Point fort du collectif : la vision globale de l’œuvre
Dans le travail des Area, la complicité, la complémentarité des compétences et la variété des expériences permettent de penser l’œuvre dans sa globalité, de traiter différents aspects du projet, de la décoration jusqu’au rapport à l’extérieur avec le travail paysager.
Les Area dénoncent deux choses. Il y a d’abord le fait qu’elles doivent se battre pour être “prises au sérieux”, non pas par les clients qui eux les choisissent pour la qualité de leur travail, mais plutôt par certains collaborateurs des différents corps de métier. Ce problème est souvent dépassé par le travail; sur chantier, elles font vite leurs preuves et la remise en question de leur crédibilité est vite battue en brèche.
La seconde chose qu’elles dénoncent avec virulence est la scission entre architecture et architecture d’intérieur. « Concevoir l’intérieur fait partie de l’architecture aussi. Il est inadmissible pour nous de concevoir une enveloppe sans penser à son “intérieur”, au vécu de l’espace ! Pour nous, il ne doit pas y avoir de dissociation entre “intérieur” et “extérieur”, comme l’a si bien exprimé Bruno Zevi : « Sera belle celle dont l’espace interne nous attire, nous élève, nous subjugue spirituellement ; sera laide celle dont l’espace interne nous fatigue ou nous repousse ».

Article paru dans Archibat n°47 – Août 2019

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *