La stratégie de développement de la ville de Tunis

Une nouvelle démarche pour préparer l’avenir de la ville

Le 7 décembre 2022 s’est tenue la 2ème conférence générale de la stratégie de développement de la ville de Tunis (SDVT). Lors de cet évènement médiatique à mi-parcours auquel a été  convié un public très large composé d’acteurs publics et privés, d’associations, d’organes de presse, de bailleurs de fonds et de citoyens, le cadre stratégique de la SDVT fut présenté par la commune porteuse du projet. La signature de la Charte de la Ville par les acteurs ayant participé au processus d’élaboration de la SDVT, exprimant leur engagement à prendre en considération le cadre stratégique de la SDVT dans leur planification sectorielle a été le deuxième temps fort de la conférence. 

Le projet « ASIMA Tunis :  Planification stratégique et gouvernance améliorée pour une métropole résiliente »

Maitre d’ouvrage : Commune de Tunis

Financement : Union Européenne, Programme « Autorités locales : 

partenariats pour des villes durables » de la commission européenne.

Coordination et appui technique : MedCités

Partenaire : Aire Métropolitaine de Barcelone.

Cette deuxième conférence générale intervient 22 mois après la première qui s’est tenue le 14 janvier 2021 et lors de laquelle la commune de Tunis a informé l’ensemble des acteurs de la ville du lancement du processus d’élaboration de la SDVT et expliqué les motivations du projet et le rôle et la contribution attendue de chaque acteur. 2 ans se seront donc écoulés pour préparer et présenter un cadre stratégique de 25 pages exposant une vision déclinée en 4 lignes stratégiques, 13 objectifs stratégiques et 43 finalités, et esquissant les 6 chantiers stratégiques identifiés pour le développement du territoire communal et métropolitain. Si cela a pris autant de temps, c’est que le processus retenu par la commune est un processus concerté, participatif et itératif. Les conférences générales ne sont que le sommet d’un iceberg de réunions, d’ateliers, de conférences et de comités qui ont concouru à l’élaboration de la SDVT.

Pour comprendre le processus, revenons à la base : qu’est-ce que la stratégie de développement de la ville ?

La SDV est un outil de planification du développement économique, social, environnemental et spatial de la ville.  A l’issue de son processus d’élaboration, la SDV débouche sur un plan d’action global échelonné sur le court, moyen et long terme pour impulser une croissance durable et équitable. La SDV se rattache au développement du territoire et elle est de ce fait intersectorielle. Les projets et les actions qui en découlent nécessitent des moyens, prérogatives et compétences qui dépassent ceux de la commune porteuse du projet et, pour certaines problématiques, couvrent des territoires qui dépassent ses limites administratives. Etant donné sa nature transversale et l’importance de l’adhésion des acteurs concernés pour sa mise en œuvre effective, il est primordial, dès le démarrage du processus, de mettre en place les conditions permettant une réelle appropriation de la stratégie par ces derniers pour qu’ils puissent la mettre en œuvre dans leur planification sectorielle et pour faciliter, lorsque c’est nécessaire, le partenariat intersectoriel ou inter-communal dans le montage des projets territoriaux.

Equipe communale

Coordinatrice du projet : Mme Narjess RIAHI

Président de la commission SdV Tunis : Feu Khaled LAZAAR / Lotfi BEN AISSA

Equipe technique du projet

Coordination technique : Khirallah BEN HAFAIEDH / Walid Maarouf BEL HAJ ALI

Expertise en urbanisme : Walid Maarouf BEL HAJ ALI

Expertise en environnement : Adel BEN YOUSSEF / Salsabil BEL HAJ ALI

Expertise en questions sociales : Walid BEN OMRANE / Olfa BEN MEDIEN

Expertise en gouvernance : Aya ABBES

Expertise en développement économique et marketing territorial : Mariem OUESLATI

Appui méthodologique

Expert International : Josep Maria Pascual Esteve

Expert national : Karim ELOUERDANI

Chargée de projet MedCités : Konstantia NIKOPOULOU

Pour atteindre cet objectif, la commune de Tunis en partenariat avec MedCités et l’Aire métropolitaine de Barcelone, réunis dans le cadre du projet « ASIMA Tunis : Planification stratégique et gouvernance améliorée pour une métropole résiliente » a retenu la méthodologie développée dans le cadre du projet Madinatuna1. Cette méthodologie déployée pour l’élaboration des SDV de 9 villes tunisienne a pu bénéficier des résultats d’une évaluation méthodologique et d’une capitalisation qui ont permis de l’affiner et de l’adapter aux spécificités du territoire tunisois.

Globalement, cette approche permet à la SDV d’être élaborée et conduite à travers la participation effective des principaux acteurs en vue de développer durablement le territoire et d’améliorer le niveau de vie de l’ensemble des citoyens. Sans remplacer les instruments de planification classiques, la SDVT tend à les compléter et à leur apporter de la cohérence avec son caractère territorialisé, volontariste et consensuel. 

5 principes ont guidé le processus piloté par la commune de Tunis :

1- Permettre aux acteurs d’avoir une vision claire du développement territorial de Tunis et de les mobiliser pour s’approprier cette vision. 

2- Offrir la possibilité à un maximum d’acteurs de s’impliquer et de contribuer d’une manière ou d’une autre au développement de leur ville. 

3- Brasser un large spectre de secteurs pour aborder tous les aspects du développement urbain : économiques, politiques, sociaux, environnementaux etc. 

4- Territorialiser les problématiques et les orientations et bâtir les ponts entre développement et planification urbaine.

5- Penser global et à long terme et agir localement et à court terme et donc imbriquer systématiquement les échelles et les territoires de réflexion et d’action.

En effet, la commune de Tunis a bien compris que, pour « la mission »
de la SDVT, elle devait s’éloigner des schémas classiques des processus qui misent sur l’expertise « savante » des experts et sur la décision « top-down » qui débouchaient souvent sur des documents non mis en œuvre par manque d’appropriation et de portage par les acteurs détenteurs du pouvoir d’agir. Il fallait mettre en œuvre un processus innovant permettant d’animer le débat avec les acteurs et de les impliquer le plus en amont possible. A ce titre, deux innovations méthodologiques ont été mises en œuvre : 

1. La SDVT est un processus animé par la commune de Tunis pour lequel elle bénéficie de l’appui méthodologique de MedCités et de l’appui technique d’une équipe d’experts sectoriels (BE URAM et BE Attractive city) chargés d’accompagner la conduite du processus. De ce fait, l’expertise mobilisée en priorité est celle du vécu des acteurs de la ville. A ce titre, la commune s’est entourée d’un millefeuille d’instances de pilotage et de coordination et a multiplié les moments de dialogue et de débats inter-acteurs. 

2. En termes de gouvernance du processus, la commune a mis en place :

– Une commission municipale spécialement dédiée au projet dont le rôle est de veiller à ce que la SDVT, bien qu’elle concerne la ville dans sa totalité avec ses différents acteurs et structures, garde un ancrage fort au niveau de la commune.

– Un comité de gestion qui assure le pilotage technique du processus. Composé des directeurs des services communaux, ce comité de gestion permet aux services communaux de s’approprier le projet en les impliquant et en leur confiant un rôle significatif dans la conception et la mise en œuvre de la SDVT dès le démarrage du processus. 

– La coordinatrice du projet, désignée au sein du comité de gestion. 

Son rôle est multiple : maintenir un lien fort entre la SDVT et la commune, veiller au respect de la méthodologie, conduire l’équipe technique, coordonner les activités de communication, mobiliser les acteurs et les services municipaux….

– Un comité de pilotage composé par les principaux acteurs du développement de la ville. Il s’agit de l’organe décisionnel du projet. Présidé par la Mairesse de Tunis, Mme Souad Abderrahim, et composé des principaux acteurs locaux, représentants des ministères, des structures déconcentrées de l’Etat, de représentants du secteur privé et associatif et d’universitaires, le comité de pilotage a la charge de l’évaluation du processus et de la validation des différentes étapes et des résultats ainsi que de la prise des décisions par rapport aux scénarii proposés. Il s’assure, par ailleurs, de la mobilisation efficace des acteurs et de la bonne gouvernance du processus. Sur le plan technique, la commune s’est entourée d’une équipe pluridisciplinaire d’experts dont le rôle est d’apporter un appui au coordinateur du projet et au comité de gestion. 

Composée d’un urbaniste, d’une environnementaliste, d’une spécialiste de la gouvernance locale, d’une spécialiste du marketing territorial et d’une spécialiste des questions sociales, cette équipe a été mobilisée par la commune pour la réalisation des travaux du pré diagnostic, la collecte des données quantitatives, la réalisation et l’analyse des enquêtes qualitatives, l’organisation des activités de concertation avec les acteurs lors de chaque étape, l’organisation des réunions des organes de pilotage, l’organisation des conférences et des activités de participation publique, la mise en place des activités de communication et la rédaction des documents rendant compte des résultats de chaque phase du processus. 

Enfin, sur le plan méthodologique, la commune, l’équipe technique ainsi que les membres du comité de gestion et du comité de pilotage  ont bénéficiés d’un appui apporté par un expert international et un expert national mis à disposition par le partenaire MedCités. Cet appui méthodologique s’est nourri de l’expérience de ce dernier en Tunisie et en Méditerranée.

Pour ce qui est des moments de participation, concertation et de dialogue, le processus qui a abouti à la définition du cadre stratégique a été marqué par la conduite d’entretiens directs avec l’ensemble des acteurs de la ville, l’animation d’ateliers thématiques, d’ateliers transversaux et d’ateliers avec les représentants de groupes sociaux spécifiques (migrants, adolescents…), de l’organisation et de l’exploitation d’enquêtes institutionnelles et publiques, de la tenue de nombreux moments de dialogue entre les membres du comité de pilotage et du comité de gestion, et l’organisation de deux conférences générales. Le processus s’est basé également sur une stratégie de communication multi-canaux avec des articles de presse, des vidéos didactiques, des stands dans les quartiers, un site internet dédié et les réseaux sociaux.

Le processus de participation citoyenne a touché plus de 10 000 citoyens répartis sur l’ensemble des arrondissements de Tunis et dans les espaces publics majeurs de la métropole. Il a permis de présenter la stratégie et son processus aux citoyens, de comprendre leurs attentes et leurs priorités en relation avec le développement de leur ville.

Globalement, le processus de la SDVT a été séquencé en 5 étapes :
le pré-diagnostic sectoriel, le diagnostic territorial, le cadre stratégique, le plan d’action, le suivi et évaluation. La conférence générale du 7 décembre 2022 clôt donc les 3 premières séquences et marque une étape charnière du processus avec le passage du présent (constats) vers l’avenir (projets) avec la formulation d’une vision de développement partagée et l’identification des objectifs et des lignes stratégiques qui devraient cadrer l’action des acteurs sur le territoire de la ville. Faute d’espace, le résultat auquel a abouti ce processus sera exposé dans un prochain article avec une lecture critique des apports et des innovations de la démarche.

Acteurs et citoyens touchés par le processus de concertation dans la phase du cadre stratégique :

Concertation interacteurs : 170 participants dont 58 % de femmes et 17 % de moins de 35 ans

Population touchée par l’enquête publique : 10753 citoyens dont 51 % de femmes et 65 % de moins de 40 ans

Texte : Walid Maarouf BEL HAJ AL – Urbaniste, coordinateur technique de la SDVT – URAM INTERNATIONAL

1 – « Projet de Renforcement et diffusion des initiatives de planification urbaine stratégique en Tunisie » coordonné par le PNUD, en partenariat avec la Fédération Nationale de Villes Tunisiennes, CILG-VNGi, GIZ et MedCités

Article paru dans Archibat n°56 – décembre 2022

error: Content is protected !!