fbpx

Pourquoi doit-on sauvegarder le patrimoine «récent» de notre pays ?

Le 19e siècle est le début d’une nouvelle ère dans l’histoire de l’architecture en Tunisie, avec de nouvelles formes urbaines, de nouvelles techniques de construction et de nouveaux types d’édifices pour satisfaire de nouveaux besoins (gares, bâtiments administratifs, etc.). Les architectures de ce siècle et du siècle suivant constituent aujourd’hui, comme c’est le cas dans le monde entier, un legs appelé « patrimoine récent ». Ce dernier se manifeste, chez nous, par des villes qui abritent un catalogue diversifié de styles architecturaux, des édifices publics de grande qualité (théâtres, ministères, écoles, tribunaux, etc.), l’utilisation de références locales dans un nouveau style appelé Arabisance, le développement d’un Art Déco tunisien et le recours à l’architecture vernaculaire locale comme source d’inspiration pour la « Reconstruction » suite aux désastres de la Seconde Guerre Mondiale. C’est dire l’importance de nos ressources locales dans le développement de l’architecture des 19e et 20e siècles dans notre pays.

En plus de ce fait, on pourrait citer pas moins d’une dizaine d’arguments plaidant pour la sauvegarde de ce patrimoine et sa promotion :

1. D’abord, pour ses qualités architecturales, esthétiques et historiques ;
2. Pour le rôle qu’il doit jouer dans le renforcement de l’attractivité et de l’image de marque des villes tunisiennes ; 

3. Parce que la mise en valeur des centres-villes historiques regorgeant de ce type de patrimoine, est vecteur de création d’emplois ; 

4. Pour sa contribution éventuelle au développement durable de nos villes ;

5. Parce que les architectures des 19e et 20e siècles ont engendré des espaces de citoyenneté et de convivialité ainsi que de hauts lieux de la mémoire nationale ;

6. Car le caractère esthétique des villes tunisiennes reste marqué encore par les maisons individuelles et les immeubles construits à partir de 1800. 

7. Parce qu’il constitue un environnement urbain de qualité en héritage (rues urbaines, places publiques, arbres d’alignement, parcs et squares).

8. Parce qu’il reste un patrimoine apprécié aussi bien par la population qui se l’est approprié que par les visiteurs.

9. Parce que c’est un patrimoine architectural qui se dégrade, faute d’entretien et est menacé par la spéculation foncière ;

10. Parce que, malgré plusieurs restaurations de qualité on assiste, de plus en plus, à des démolitions et des pertes de chefs d’œuvre architecturaux.

Il est vrai qu’il y a eu un timide regain d’intérêt à ce patrimoine manifesté par la reprise du cadre juridique de protection en 1986 (loi étendant la protection juridique aux édifices de moins de cent ans) et 1994 (Code du patrimoine), le classement de plusieurs édifices publics et la protection de certaines façades, la restauration de certains édifices aussi bien par l’État que par des particuliers et l’édition d’un certain nombre de travaux universitaires et autres livres destinés au grand public.

Citons des exemples à Tunis : le Marché central (1891, restauré en 2007), l’hôtel Majestic (1912, restauré en 2011), le siège actuel de l’Ordre des Experts Comptables de Tunisie (1927, restauré en 2006) ou le Siège actuel de la Société KBR (seconde moitié des années 40, restauré en 2004). 

Mais ces restaurations ponctuelles, faites par les secteurs public et privé, bien qu’elles soient exemplaires, ne peuvent cacher les grosses pertes ni les menaces qui planent sur ce patrimoine :

Insuffisance des outils de protection (peu de classement et les arrêtés de protection sont limités dans le temps, absence de secteurs sauvegardés), destruction injustifiée d’édifices de qualité et défiguration de tout un cadre urbain, démolitions causées par la spéculation foncière ou le manque d’entretien et méconnaissance de la valeur du patrimoine récent.

Citons, dans ce cadre, la perte du Palmarium et de l’hôtel Tunisia-Palace, démoli au milieu des années 1980 ; l’immeuble «Métropole», de style Art-Déco, rue de Grèce, démoli en 2011 ou les menaces qui pèsent toujours sur l’ancien Hôtel du Lac dont quelques spécimens sont souvent cités dans les livres d’histoire de l’art et de l’architecture à travers le monde.

Photos : Zoubeïr Mouhli – Texte : Zoubeïr Mouhli, architecte spécialiste du Patrimoine, Prix Aga Khan 2010

Article paru dans Archibat n°55 – Septembre 2022

Retour haut de page